DAVID RACHLINE BRADE LA BASE NATURE ET LE PATRIMOINE DES FREJUSIENS

21 JANVIER 2019

 

 

 

Le Conseil Municipal de Fréjus vient de modifier sensiblement le montage juridique et le calendrier de réalisation des équipements de la base nature. Le FORUM REPUBLICAIN en conteste toujours les fondements.

 

  • Un projet incompatible avec la base nature

La Ville veut construire, en front de mer d’un hôtel de « prestige » de 100 chambres, d’un aquarium et d’un espace festif pour accueillir bars et restaurants.

Après avoir renoncé à la procédure de concessions de service tendant à mettre à disposition des terrains communaux pour une durée de 30 ans, la Ville fait le choix de la procédure de bail à construction, à l’exception de la délégation de service public pour l’aquarium. Après avoir indiqué que cette opération ne coûterait rien aux contribuables et rapporterait plus de 8M€ de recettes, la Ville recule et n’inscrit aucune recette dans son budget.

 

  • Un projet largement critiqué par les habitants et les associations

Contrairement aux affirmations du Maire, ce projet a été critiqué, dès Mars 2018, lors de la conférence avec l’urbaniste Bertrand DUBUS et lors d’une manifestation en Juin, soulignant que la base nature devait bénéficier d’un projet d’ensemble ambitieux, permettant de relocaliser les services municipaux, hébergés dans des conditions indignes.

 

Aujourd’hui nous contestons plus que jamais ce mauvais projet.

 

  •  Le nouveau montage juridique va conférer aux promoteurs des droits réels sur les équipements, rendant ce montage proche d'une vente de terrain, ce que la ville dit ne pas vouloir. La durée du bail pouvant aller jusqu’à 99 ans, il existe un risque réel de privatisation de la base nature.

 

  •  Pour préserver ce paysage naturel, nous demandons que les aménagements sur la base nature fassent l’objet d’une large concertation, en lien avec la population, les associations, l’Etat, la CAVEM et le Conservatoire du Littoral, ce que la Ville refuse. Nous demandons un projet d’aménagement, en lien avec les étangs de Saint Aygulf et de la basse vallée de l’Argens, car c’est l’avenir de ce secteur naturel qui est en jeu.

 

  •  Nous considérons, comme François LEOTARD, que la volonté initiale des élus était de réserver la surface construite exclusivement à des équipements publics. La municipalité actuelle devrait respecter ce principe au lieu de privatiser ces espaces au bénéfice d’un public de privilégiés.

 

  •  Nous pensons qu’il faut repenser le programme d’équipement. Nous contestons fermement l'hôtel de « prestige » en front de mer, car il est inconcevable de privatiser un littoral protégé, aberrant de céder un espace public pour une clientèle de luxe, qui privera les habitants d’un accès privilégié à la mer, supprimera une plage publique et le jardin méditerranéen et accentuera la bétonisation du littoral. Nous demandons l’abandon pur et simple de l’hôtel. Nous sommes très interrogatifs sur la réalisation, en délégation de service public de l’aquarium et estimons que l’espace festif va déstabiliser l’appareil commercial déjà fragile de Port Fréjus.

 

  •  La ville avait Indiqué que cette opération lui permettrait de bénéficier de recettes importantes pour équilibrer son budget. Or, aucune étude de marché n’a pas été présentée. En raison du nouveau montage juridique le montant des « loyers » sera considérablement plus faible. La Ville fait preuve d’une légèreté coupable dans ce dossier. Lors du débat d’orientation budgétaire, elle a indiqué que le coût de relocalisation des services sera de 12,5M€, dont elle laisse la charge à ses successeurs !! Elle ne dit rien des aménagements de voirie et des parkings (à minima 1 M€) ni des pénalités à verser à l’Etat (évaluées à 1,6 M€). Le bilan financier de cette opération sera donc largement déficitaire.

 

  •  La ville avait annoncé une signature des contrats en Juillet 2018 et un début des travaux en mars 2019. Aujourd’hui elle annonce un déménagement des services fin 2020, préalable à tout commencement des travaux. Le Maire espère lancer les travaux avant la fin de son mandat. C’est un mensonge. Ce dossier n’est pas maîtrisé par la ville qui fait preuve d’une grave incompétence. Il serait donc plus démocratique de mettre ces sujets contestés au débat de la prochaine campagne municipale. Le Maire aurait-il peur du verdict démocratique ?

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Forum Republicain