Le vote Front National est incompatible avec l’émancipation des femmes !

 

  Le Front National est aujourd’hui représenté au plan national par une femme, Marine Le Pen. Pour les élections régionales de la Région Alpes Côte d’Azur, c’est aussi une femme, Marion Maréchal Le Pen qui est tête de liste.

Les femmes pourraient penser a priori qu’avec ce tandem, leurs aspirations à se voir reconnaître plus d’égalité avec les hommes et plus de liberté à mener leur existence comme elles l’entendent seront mieux reconnues.

 

Qu’en est-il en réalité ?

 

Le programme du Front National, les diverses déclarations de ses principaux dirigeants et députés montrent que ce parti privilégie une image de la femme cantonnée dans un rôle maternel et d’éducatrice des jeunes enfants.

 

  L’égalité des droits, la liberté de disposer de son corps, l’égalité des chances dans l’accès à l’emploi, un salaire égal à celui des hommes et l’accès aux responsabilités professionnelles supérieures ne font pas l’objet d’une ligne dans le programme du FN.

 Au contraire, des acquis pour développer les droits des femmes comme le droit au remboursement de l’IVG, les mesures prises pour assurer la parité tant dans les affaires publiques que dans le secteur privé, la reconnaissance de l’égalité salariale sont combattues par le FN. C’est ainsi que les députés FN au Parlement Européen ont voté systématiquement contre les textes en faveur de la construction de l’égalité hommes-femmes.

  Pour Marine Le Pen, la parité est une idéologie « différentialiste et multiculturelle qui n’est qu’une forme de racisme inversé » alors que la parité dans la vie politique et sociale  commence à corriger les inégalités entre les hommes et les femmes. 

  Quant à Marion Maréchal Le Pen, elle annonce au cours de sa campagne pour les régionales qu’elle souhaite « supprimer les subventions au planning familial ». Pourtant, l’importance de l’action du planning pour l’éducation sexuelle, notamment des jeunes filles et des femmes et leur protection, est unanimement reconnue.

 

Mais le FN va encore plus loin

 

  Il est le seul parti qui a voté à l’Assemblée Nationale contre la loi du 4 août 2014 qui renforçait les dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes.

  Sur cette question, un responsable du FN (Dominique Rémond) n’hésite pas à affirmer que « la solution globale aux problèmes des femmes réside dans l’inversion des courants migratoires et la fin de l’immigration de peuplement » Ainsi, s’il n’y a plus d’immigrés, il n’y aurait plus de violence faite aux femmes, ce que contredisent toutes les statistiques sur le sujet !

 

   Ainsi, pour le Front National, les aspirations des femmes à se voir reconnaître plus de dignité, plus d’égalité professionnelle et salariale, plus de protection contre les agressions dont elles sont victimes ne méritent pas d’être portées par une politique publique vigoureuse. 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Forum Republicain