Les fausses idées du F.N. sur l'immigration

   Pour le Front National, tout est bon pour dénoncer la présence d’immigrés sur le sol 

national. Or, ses affirmations sont démenties par les faits et par le droit en vigueur.

De manière générale, sauf exceptions liées au droit d’asile, les immigrés qui 

souhaitent obtenir un premier titre de séjour en France doivent :

  • être titulaire de ressources stables et suffisantes (niveau SMIC)
  • d’un logement correspondant aux besoins de la personne ou de la famille, si c’est une famille qui sollicite le droit au séjour.

 

   Pour pouvoir résider régulièrement sur le territoire, la loi impose donc aux immigrés 

de subvenir à leurs besoins minimum afin de ne pas être une charge pour la 

communauté nationale.

 

   Pour autant, le F.N. croit bon de multiplier les fausses affirmations qui visent surtout 

à favoriser la montée du racisme et de la xénophobie.

1/ Il y aurait en France une arrivée massive de migrants : FAUX

   En réalité, la part des étrangers dans la population française est moindre que 

chez nos voisins européens.

   Selon l’INSEE, la France compte en 2011 :

  • 5,4 millions d’immigrés (nés étrangers dans un pays étranger)
  • et 3,7 millions d’étrangers pour 65 millions d’habitants.

   Ces chiffres prouvent :

  • que la population étrangère ne représente que 5,9% de la population totale             contre 9,1% en Allemagne, 7,6% en Grande-Bretagne et 7,9% en Italie ;
  • que de nombreux immigrés s’intègrent dans la société française en prenant la nationalité française.

   De plus, sur les 200 000 entrées annuelles comptabilisées ces dernières années et dénoncées par le Front National, 60 000 immigrés quittent le territoire chaque année. Ce ne sont donc pas 200 000 entrées qu’il faut compter annuellement, mais environ 140 000.

2/ 95% de ces immigrés vivraient de l’assistance : FAUX

   «Il y a 5% des étrangers qui entrent en France qui ont un contrat de travail. 5%, ça veut dire qu’il y a 95% des gens qui entrent en France qui sont pris en charge par la communauté nationale.» répétait Marine Le Pen il y a un an.

   Cette affirmation laisse penser que 95% des immigrés qui entrent en France ne travailleront pas. Elle omet le fait que :

  • 65 000 titres de séjours étudiants ont été délivré en 2011 et que ces derniers recherchent le plus souvent du travail pour financer leurs études ;
  • les immigrés adultes qui bénéficient de l’immigration familiale (86 500 en 2012) cherchent le plus souvent un travail dès leur arrivée.

   Ainsi, selon l’INSEE, en 2010, 59% des immigrés de plus de 15 ans vivant en France et étant originaires d’un pays hors Union Européenne étaient en activité, contre 57% pour les non-immigrés.

3/ La France accorderait le Revenu de Solidarité Active à tous les étrangers dès leur arrivée : FAUX

   En réalité, le RSA n’est accordé qu’au bout de cinq années de résidence régulière en France (article L.262-4 2° du code de l’action sociale et des familles). Il existe des exceptions limitées et justifiées (les réfugiés, les mères isolées qui représentent un nombre limité de personnes (environ 17 000).

4 / « LES ÉTRANGERS PERÇOIVENT LE MINIMUM VIEILLESSE DÈS LEUR  ARRIVÉE EN FRANCE, SANS AVOIR JAMAIS TRAVAILLÉ »: FAUX !

   L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA - ex-minimum vieillesse)

est un minimum social versé aux retraités les plus modestes qui résident en France.

   Pour bénéficier du « minimum vieillesse », les conditions sont restrictives : 

  •  il faut avoir au moins 65 ans (sauf exceptions rares), des ressources totales inférieures à 800 € par mois pour une personne seule 
  •  il est obligatoire d’habiter en France depuis six mois au moins,
  •  il faut avoir été titulaire d’un permis de travail d’au moins 10 ans (pour les non-européens) (1).

(1) L’ASPA permet au retraité d’atteindre un revenu mensuel de 800 € maximum. Elle concerne moins de 4 % des retraités et coûte moins de 1 % du total des dépenses de retraite. Près de 80 % des allocataires de l’ASPA ont acquis une partie de leurs droits à la retraite par leur travail en France. Les 20 % restant sont très souvent des « ex-mères au foyer », veuves de retraités pauvres, français ou immigrés, mais forcément résidant en France.

5/ La gauche serait responsable de l’explosion du nombre de demandeurs d’asile : FAUX

   Cette hausse, qui est constatée depuis sept ans (soit depuis 2007, année de l’élection de Nicolas Sarkozy), est liée à la situation internationale et aux crises qui se sont multipliées ces dernières années. En fait, la hausse de la demande française est plutôt plus faible qu’elle ne l’est dans d’autres pays européens. Ainsi, selon le Ministère de l’Intérieur, la France a reçu 65 894 demandes d’asile en 2014, alors que l’Allemagne en recevait le double (127 000).

   Rappelons toutefois que l’asile, droit constitutionnel et reconnu par les conventions internationales, n’est accordé qu’à environ 24% des demandeurs après examen des demandes par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) et la Cour Nationale du Droit d’Asile.

6/ La France procurerait une aide généreuse aux demandeurs d’asile : FAUX

   L’allocation temporaire d’attente (ATA) est versée pendant l’instruction de leur demande aux demandeurs d’asile qui ne sont pas hébergés en Centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA). Il s’agit d’un versement de 11,45 euros par jour et par adulte. 

   Le montant français est bien au-delà de ce que pratiquent nos voisins, mais à la différence de ceux-ci, l’ATA ne tient pas compte des éventuels enfants. Ainsi, un adulte percevra en France 11,45 euros par jour, qu’il soit seul, ou accompagné de deux enfants. Dans les pays voisins, un supplément sera octroyé en fonction de la composition familiale (entre 100 et 200 euros par enfant).

7/ Selon Marine Le Pen, le nombre acceptable d’immigrés ne doit  pas dépasser 10 000 par année : cette mesure entrainerait le déclin  du rayonnement international de la France.

   Depuis deux siècles, l’immigration a participé au développement du rayonnement et de l’influence de la France dans le monde, tant sur le plan scientifique et artistique que sur celui des lettres et des idées pour faire avancer la paix dans le monde.

   Pensons à Marie Curie, prix Nobel de chimie (polonaise), à Guillaume Apollinaire, poète ( russo-polonais), à Emile Zola, écrivain (père italien) , à Tahar Ben Jelloul, écrivain franco-marocain, à Zinedine Zidane footballeur, et tant d’autres personnalités. 

   Mais pensons aussi à ces centaines de milliers de combattants venus des colonies ou à ces simples volontaires immigrés des pays de l’Est et du Sud de l’Europe, sans lesquels la France n’aurait pas figuré dans le camp des vainqueurs à l’issue de la seconde guerre mondiale et aurait perdu son indépendance.

   Alors, ceux qui se revendiquent du Front National sont-ils des « patriotes » comme ils s’auto-désignent, ou des imposteurs qui sont ignorants de l’histoire et des valeurs de notre pays ?

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Forum Republicain