#LeFNContrelePeuple 

Le programme discriminatoire de Marine Le Pen  

 

Au cours de l’émission politique du jeudi 9 février,  Marine Le Pen a présenté un programme électoral qui peut se résumer au repli de la France sur ses frontières et à un retour à des recettes de gouvernement conduisant à l’appauvrissement des plus fragiles. Ce programme  remettrait  aussi en cause les fondements de la République en écartant, pour les étrangers établis régulièrement sur son sol, les principes qui sont aujourd’hui l’âme de la France : l’égalité des droits,  la liberté et la fraternité. 

 

1/ Le programme de Marine Le Pen abrogerait l’égalité des droits au détriment des plus pauvres, français et étrangers:

 

  • L’école publique serait payante pour les enfants d’étrangers pendant un délai de carence de deux ans, et son accès interdit pour les enfants d’immigrés sans titre de séjour,
  • Le collège unique, qui permet à tous les enfants d’accéder à un enseignement général jusqu’à l’âge de 16 ans, serait supprimé, les enfants catalogués comme « manuels » à l’âge de 14 ans étant renvoyés en apprentissage hors du collège.  Cette mesure les priverait de l’accès à un enseignement général garant du développement de l’esprit critique et leur permettant de s’adapter à la complexité de notre monde,
  • Les travailleurs étrangers résidant en France seraient exclus des prestations sociales pendant les deux premières années, même s’ils paient les cotisations sociales correspondant à ces droits,
  • L’accès au logement social serait interdit aux étrangers pourtant établis régulièrement en France et contribuant par leurs impôts aux charges du pays,

 

2/ Le programme de Marine Le Pen comporte des atteintes à la liberté de travailler et d’entreprendre:

 

  • Les employeurs qui embaucheraient un travailleur étranger paieraient une taxe dissuasive (10% du salaire mensuel), y compris pour les travailleurs établis en France depuis longtemps,
  • Les matières premières et les pièces détachées  importées d’Europe par les entreprises françaises seraient lourdement taxées avec le rétablissement des frontières nationales. Cette mesure augmenterait le coût des produits que ces entreprises transforment pour les mettre sur le marché, et entamerait le pouvoir d’achat des ménages,
  • La dévaluation inévitable de la monnaie nationale, suite à l’abandon de l’Euro, appauvrirait, selon tous les économistes, les Français les plus fragiles, salariés et retraités.

 

3/ Le programme de Marine Le Pen mettrait à mal la fraternité :

 

  • Les immigrés malades sans titre de séjour seraient exclus de la gratuité des soins, au risque de la propagation d’épidémie,
  • Les migrants en détresse sur des embarcations de fortune en méditerranée seraient renvoyés en Lybie, ce qui revient à les condamner à une mort certaine, 
  • La remise en cause proclamée du regroupement familial des étrangers contreviendrait au droit à mener une vie privée et  familiale normale, reconnu par la Convention Européenne des Droits de l’Homme,
  • La laïcité, garante de la liberté des cultes et de pensée, serait dévoyée et transformée en outil d’exclusion antimusulman contre une partie de la population.

 

Le Forum Républicain  appelle à rejeter ce programme discriminatoire envers les étrangers établis sur notre sol et envers les populations les plus pauvres.

Communiqué de Presse :

Paris, le 3 février 2017 

L’UEJF, SOS Racisme et la CNCC organisaient une conférence de presse pour montrer le vrai visage du Front National : 

Le 5 février 2017, Marine Le Pen, présidente du Front Nationale et candidate à l’élection présidentielle présentait son programme présidentiel lors des Assises présidentielles du FN à Lyon. 

En marge de ce rassemblement, l’UEJF, SOS Racisme et la Coordination Nationale des Collectifs citoyens ont convié la presse le 5 février 2017 à 10h30 à l’hôtel Mariott Cité Internationale (70, Quai Charles de Gaulle, 69006 Lyon) pour révéler à la presse les décisions et mesures prises par le Front National dans les 11 mairies FN depuis les élections municipales de 2014. 

Au cours de cette conférence de presse, des représentants des collectifs citoyens habitant les villes Front National ont démontré que le projet du Front National s’inscrit contre le peuple, contrairement à ce que prétend le parti d’extrême-droite. 

Dans les médias, les représentants du Front National prétendent être les garants d’une gestion rigoureuse et d’un climat apaisé. Ils se font les défenseurs d’une éthique politique, de la liberté d’expression et de la démocratie directe. 

Sur le terrain, les actes quotidiens des élus FN démentent les discours nationaux prononcés pour séduire et rassurer. Ce parti remet en cause des libertés fondamentales, dégrade les services à la population, stigmatise et discrimine ses administrés et dirige ses villes de façon catastrophique. 

Cette conférence de presse a doné également lieu au lancement d’une campagne digitale contre le FN mettant en évidence les mesures prises par le Front National depuis son accession au pouvoir en 2014. 

Contrairement à ce qu’il prétend, le Front National ne prend pas des mesures au Nom du peuple, mais construit son action politique contre le peuple français. 

 

 

Qui ? 

Les dernières élections municipales ont offert une douzaine de villes au Front National. De nombreux habitants se sont inquiétés de voir dans leur commune la mise en œuvre d’une politique d’extrême-droite. Respectueux du résultat démocratique, ils se sont organisés pour observer, analyser et informer leurs voisins des mesures prises par les équipes municipales à majorité Front National. Sur l’impulsion des associations antiracistes SOS Racisme et l’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF), ces collectifs se réunissaient pour la première fois à Fréjus le 29 juin 2014 avec comme objectifs de partager leurs expériences et de constater les similitudes parmi les décisions prises dans leurs villes respectives. 

Ces mouvements citoyens décidèrent de pérenniser leur collaboration mutuelle via la création d’une Coordination Nationale des Collectifs Citoyens (CNCC). 

Quoi ? 

A l’heure où l’actualité nous livre tous les jours des exemples des dérives possibles de notre système démocratique, le Front National entend toujours se faire passer pour une alternative politique crédible. Sur le terrain, le constat partagé par le réseau de la CNCC s’oppose à ce conte fantaisiste déclamé à longueur d’émissions par les représentants de ce parti. 

Le CNCC engage donc une campagne numérique pour rendre compte de la réalité des faits, de ce que signifie concrètement l’application de la politique du Front National lorsqu’il est au pouvoir. 

Pourquoi ? 

S’ils ne sont pas l’apanage du Front National, ses représentants et ses élus cumulent dans leurs déclarations des propos racistes, homophobes et misogynes, dans leurs actions des politiques rétrogrades, violentes, discriminantes et dans leurs administrations une gestion opaque, affairiste, clientéliste et népotique. 

Les élus du Front National font preuve d’incompétence et cumulent des mandats. Ils abusent du mandat qui leur a été confié pour censurer toute forme d’opposition et tenter d’intimider ceux qui critiquent leur action politique. De nombreux élus du Front National sont également mis en cause par la justice. Si ces pratiques existent dans d’autres partis, en proportion, le Front National compte le plus d’élus concernés par ces pratiques. 

Dans les médias, les représentants du Front National prétendent être les garants d’une gestion rigoureuse et d’un climat apaisé. Ils se font les défenseurs d’une éthique politique, de la liberté d’expression et de la démocratie directe. 

Sur le terrain, les actes quotidiens des élus FN démentent les discours nationaux prononcés pour séduire et rassurer. Ce parti remet en cause des libertés fondamentales, dégrade les services à la population, stigmatise et discrimine ses administrés et dirige ses villes de façon catastrophique. 

Dans les médias locaux et nationaux, le Front National abuse d’argumentations biaisées pour justifier la mise en œuvre d’actions qui vont à l’encontre de l’intérêt général. 

Sur le terrain, le Front National applique sa politique sans discernement et sans prendre en compte le contexte, les enjeux du territoire, les préoccupations des habitants. 

Sur le terrain, le Front National agit contre le peuple. Il en ferait de même au niveau national ! 

Alors même que le parti fait campagne aux élections présidentielles et législatives « au nom du peuple », la campagne lancée par la CNCC vise à révéler le profond décalage qui existe entre les discours officiels du parti et la réalité des pratiques de ses élus. 

Où ? Quand ? Comment ? 

La CNCC publiera régulièrement durant la campagne présidentielle et celle des élections législatives ses témoignages compilés depuis 3 ans d’exercice des majorités Front National dans les communes. 

Sa démarche vise d’abord et surtout à informer tous ceux qui pourraient se laisser tenter par l’illusion d’une alternative crédible que représenterait le Front National. En effet, compte tenu de ces éléments de fait, installer son candidat à la tête de l’exécutif Français constitue un danger pour la République et pour les citoyens français. Loin d’être une alternative, le Front National au pouvoir est déjà une réalité dans 11 villes de France. Des collectifs citoyens de ces villes et des associations antiracistes souhaitent en rappeler les conséquences. 

Elle invite également les médias à confronter le discours des représentants locaux et nationaux du Front National sur le comportement et l’action réelle de leurs élus. Elle veut faire des éléments factuels publiés dans cette campagne un outil utile pour porter la contradiction face au discours enjôleur du Front National qui travestit la réalité à son profit. 

Une réalité qui établit implacablement que le Front National au pouvoir agit contre le peuple. 

 

Vous voulez en savoir plus?

 C'est très simple: 

utilisez notre formulaire de contact ou inscrivez vous à notre lettre d'information.

Nous aimons:

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Forum Republicain