Une élection marquée par une abstention massive

 

Au terme de l'élection municipale de Fréjus du 15 mars 2020, David Rachline est réélu au 1er tour : **le maire sortant a obtenu 50, 6% des voix des électeurs qui se sont exprimés ce jour- là, (ce qui ne représente que 18,74% de la totalité des électeurs inscrits).

 

**Il ne devance ses opposants que de 171 voix ! ( données du Ministère de l'Intérieur).

 

Le Forum Républicain prend acte de la décision majoritaire des électeurs, même si nous la regrettons profondémment.

 

Nous déplorons que cette élection se soit faite sous le signe de l'abstention massive due à la crainte de la propagation du conoravirus.

 

Seuls 38,33% de la totalité des électeurs se sont exprimés, ce qui, à notre avis, affaiblit la portée politique de cette victoire du Rassemblement National à Fréjus.

 

Le Forum Républicain appelle donc les citoyens qui s'opposent au Rassemblement National à soutenir une opposition démocratique et républicaine, porteuse d'un projet alternatif, rassembleur pour Fréjus.

 

Fréjus, remplace ton Maire !

 

Au bout de 6 ans de vigilance citoyenne contre l’idéologie discriminatoire du Rassemblement National et à la veille des municipales des 15 et 22 mars, le Forum Républicain vous propose en chanson avec humour, convictions et espoir d’être acteur du changement pour Fréjus.

 

ALORS EN MARS 2020 SI TU CROIS AUX VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE,


FRÉJUS, REMPLACE TON MAIRE !

 

 

Livre noir de la gestion municipale de D[...]
Document Adobe Acrobat [525.8 KB]

12 MARS 2019

DES FRAIS DE JUSTICE DOUBLÉS DURANT LE MANDAT DE D. RACHLINE

 

Les élus municipaux bénéficient de ce qu'on appelle la « protection fonctionnelle » lorsqu'ils sont victimes de violence, outrages, menaces à l'occasion de leurs fonctions. Cette protection leur permet defaire supporter les frais de justice par les contribuables.A priori, rien de plus normal !

 

Là où les choses deviennent moins normales, c'est lorsque l'élu lui-même, loin d'être une victime, devientl'auteur d'injures, de menaces ou d'outrages et, ensuite, demande au conseil municipal de lui accorder la
protection fonctionnelle prévue par la loi...


A Fréjus, le maire a, par exemple, proféré des injures mysogines contre une élue de l'opposition en 2016 et n'a pas hésité ensuite à faire supporter aux contribuables fréjusiens les frais de justice engendrés par son
comportement personnel.

 

Certains élus peuvent parfois avoir la tentation de faire taire leurs opposants grâce à l'arme de laprotection fonctionnelle, payée par les contribuables, et entament contre eux des poursuites judiciaires.


La vigilance de l'opposition devient dans ces affaires essentielle.

 

Durant son mandat, malgré l'opposition fréquente des élus de l'opposition, M. Rachline a largement fait appel à la protection fonctionnelle. Il A FAIT PAYER AUX CONTRIBUABLES FRÉJUSIENS AU TOTAL 900 000 EUROS POUR FINANCER LES FRAIS DE JUSTICE ENTRE 2014 ET 2020.


Soit le double des frais de justice engendrés durant le mandat 2008-2014, selon l'opposition municipale.

 

La gestion du Rassemblement National dans ces affaires COÛTE CHER AUX CONTRIBUABLES DE FRÉJUS !

11 MARS 2019

" RACHLINE BROCARDÉ EN MUSIQUE PAR LE FORUM "

 

Article paru dans Var Matin mercredi 11 mars 2020

9 MARS 2019

LA MÉMOIRE COURTE DES COLISTIERS DU CANDIDAT RACHLINE

 

Se conformant aux instructions de son parti, le Rassemblement National, qui cherche à faire oublier ses orientations anti-républicaines, le candidat Rachline a présenté les membres de la liste soi-disant « sans étiquette » qu'il conduit pour les élections municipales. Il s'agissait pour lui d’attirer quelques colistiers non membres du RN afin de cacher aux électeurs la nature d’extrême-droite de sa liste.

 

Le Préfet n’a cependant pas été dupe de la manœuvre et a classé la candidature dans la case « liste du Rassemblement National », c’est-à-dire comme celle d’un parti que chacun classe à l’extrême-droite.

 

Mais les colistiers du candidat Rachline connaissent-ils vraiment le mouvement auquel ils s'associent et leur tête de liste ?

 

Rappelons leur que David Rachline a toujours eu une connivence avec Jean Marie Le Pen pour lequel il a affirmé encore récemment avoir de l’admiration (Europe n° 1 le 17 avril 2015). Il a d’ailleurs voté contre l’exclusion de Jean Marie Le Pen du Front National lorsque ce dernier a, une nouvelle fois, contesté l'existence des chambres à gaz au cours de la seconde guerre mondiale.

 

En ce qui concerne ses militants et représentants, le FN/RN a beaucoup de difficultés à contenir les relents racistes et xénophobes ! Leurs commentaires laissés sur les réseaux sociaux l’illustrent largement.

 

David Rachline a lui–même démontré ces dernières années ses convictions xénophobes et discriminatoires. Ses décisions prises en qualité de maire pour faire obstruction à l'ouverture de la mosquée de Fréjus en 2015/2016 et pour tenter d’évincer de la commune en 2019 les jeunes demandeurs d’asile installés par le Département, démontrent son refus de respecter les principes républicains d’égalité et de fraternité.

 

Le Forum Républicain a également montré, dans le Livre Noir de la gestion municipale, comment le maire de Fréjus a refusé d’appliquer les décisions de justice qui lui déplaisaient, attitude contraire à celle qui est exigée d’un élu de la République.

 

Quand au Rassemblement National, ses thèses sont à l’opposé des droits de l’homme que notre République défend de manière universelle. Les libertés d’expression, de presse, de culte ne sont pas parmi les fondamentaux de ce parti qui préfère plutôt l’autoritarisme d’un chef et l’intolérance contre ceux qui ne partagent pas ses thèses.

 

Il prône également le repli sur soi et combat les apports extérieurs qui ont souvent permis à la France de connaître une notoriété et une place particulière parmi les nations.

 

Le Forum Républicain appelle les citoyens à voter pour les candidats démocrates et républicains afin de battre dans les urnes la liste d’extrême-droite du candidat Rachline les 15 mars et 22 mars prochains.

28 FEVRIER 2019

DAVID RACHLINE : UN MAIRE AU SERVICE DE SON PARTI PLUTÔT QU'À CELUI DE FRÉJUS !

Les électeurs attendent normalement d'un premier magistrat municipal qu'il consacre entièrement son activité à la ville dont il est le maire afin qu'il améliore les conditions de vie de ses habitants .

 

Mais, pour David Rachline, les choses ne se passent pas de cette façon ! Durant son mandat 2014-2020, il s'est surtout occupé de son parti le FN/RN et a négligé les Fréjusiens et Fréjus.

 

Dès septembre 2014, le maire fraîchement élu à la mairie se fait élire également comme sénateur. Cette fonction à la seconde Assemblée Parlementaire de France assure au Front National une position qui en fait, pour certains, un parti honorable. Les obligations municipales passeront après celles du parti !

 

Mais cela ne suffit pas au sénateur ! Le voilà désigné comme directeur de campagne de Marine Le Pen pour l'élection présidentielle de 2017. Les Fréjusiens ébahis ne peuvent plus se brancher sur les médias sans entendre ou voir le sénateur-maire répandre la parole de son parti et vanter les mérites de la candidate à l'élection présidentielle. De Fréjus, il n'a rien à dire.

 

Puis, l'incompatibilité entre les fonctions de maire et de sénateur, dictée par la loi, mettra un terme à la période sénatoriale en septembre 2017.

 

Est-ce que, pour autant, David Rachline va enfin se consacrer à Fréjus ? Hélas, non pour les Fréjusiens ! C'est toujours le parti qui compte d'abord. En sa qualité de numéro quatre du bureau politique, le maire de Fréjus se consacre dans le Var à la préparation des élections (législatives, européennes, municipales) plutôt qu’à l'aménagement et l'embellissement de la ville. Les signes de ce choix partisan sont nombreux :

 

Les universités d'été du FN/RN se succèdent à Fréjus, ville retenue par trois fois pour les organiser, ainsi que les Estivales de Génération Nation (ex-FN de la jeunesse).


La maire-adjointe de Fréjus, Julie Lechanteux, est placée sur la liste du RN pour l'élection au Parlement Européen sur la recommandation de David Rachline,


La conquête des municipalités voisines de Fréjus devient une priorité pour étendre l'influence du parti à la CAVEM.

 

Pour cette conquête, David Rachline désigne les hommes à retenir comme candidats RN à Puget sur Argens, à Roquebrune et à Saint-Raphaël :

 

Franck Giletti est embauché comme « chargé de mission » à la mairie de Fréjus pour préparer sa candidature à l'élection de Puget sur Argens : peu importe qu'il soit toulonnais parachuté !


Patrice Amado est débauché de la mairie de Saint-Maxime pour préparer sa candidature à l'élection municipale de Roquebrune avec la soutien du RN : peu importe qu'il vienne de Sainte-Maxime !


Christopher Pecoul, employé municipal de Fréjus, est retenu pour représenter le RN à Saint-Raphaël.

 

D. Rachline soutient Philippe Vardon en l’embauchant à la mairie de Fréjus pour lui permettre de préparer sa candidature à l'élection municipale de Nice.

 

Toute l'énergie du maire est aussi consacrée à soutenir divers candidats du RN aux élections municipales de mars : participation aux meetings du RN à Nice, au Muy, à Grasse, à La Seyne sur Mer, à Vence...

 

Que devient Fréjus dans cette sur-activité au service du Rassemblement National ? Le maire sortant s'est, de fait, peu intéressé, au cours de son mandat, à la ville et à ses besoins face aux changements importants de notre société.

 

Au mois de mars, c’est le moment pour la ville d’ouvrir une nouvelle phase. Pour le Forum Républicain, FRÉJUS A BESOIN D'UN MAIRE DÉMOCRATE ET RÉPUBLICAIN OUVERT AU CHANGEMENT, QUI SE CONSACRE ENTIÈREMENT AU SERVICE DE SES HABITANTS EN LES ÉCOUTANT ET EN LES RESPECTANT !

25 FEVRIER 2019

LES PROMESSES ÉLECTORALES DU CANDIDAT RACHLINE N'ENGAGENT QUE CEUX QUI VEULENT Y CROIRE !

Dans son programme de 2020, le candidat Rachline multiplie les promesses pour inciter à voter pour sa liste d’extrême-droite. Peu importe que ces promesses aient déjà été faites et non tenues dans son programme électoral de 2014 !

 

Le Forum Républicain s’est livré à un examen comparatif du programme de 2020. La plupart des mesures déjà promises par le candidat Rachline en 2014 n’ont pas été réalisées.

 

?Quelques exemples :

 

L’aménagement du bord de mer à Fréjus-Plage a été promis en 2014, puis reporté. Il est à nouveau promis en 2020,


La création d’une maison de retraite n’a pas été réalisée. Elle est remplacée par la promesse de la réalisation d’une maison des Seniors,


Le musée archéologique promis en 2014 n ‘a pas été construit. Il est à nouveau promis en 2020,


La promesse de l’implantation de formations universitaires prévues en 2014 n’a pas été tenue. Elle est remplacée par la promesse d’un pôle universitaire en 2020,


La création d’un circuit des métiers d’art attend depuis 2014. Elle est à nouveau promise dans le programme de 2020,


La mise en valeur de la villa Aurélienne n’a pas été réalisée. Elle est à nouveau dans le programme de 2020,


Le réseau des pistes cyclables figurant dans les promesses de 2014 a été abandonné. Il figure, là encore, dans les promesses 2020.

 

? D’autres exemples de l’absence de réalisation des promesses de 2014 sont donnés dans le « Livre Noir de la gestion municipale de David Rachline » rédigé par le Forum Républicain

 

Pourquoi les Fréjusiens devraient-ils croire aujourd’hui aux promesses d’un candidat qui n’a pas su réaliser comme maire, les équipements et aménagements qu’il inscrit à nouveau dans son programme électoral ?

 

?Ce constat éclairant démontre l’incompétence de l’équipe municipale sortante et l’incapacité de David Rachline de mener à bien les projets qu’il promet pour la ville.

 

Pour le Forum Républicain, seule une nouvelle équipe, attachée aux valeurs de la République et ouverte au dialogue avec les citoyens, pourra donner à Fréjus le renouveau attendu par ses habitants.

Le Forum Républicain a donné une interview à l'OBS

 

Article complet à lire jusqu'au bout et paru dans L'OBS vendredi 21 février 2020 par Nathalie Funès

 

 

 


Bétonisation, surendettement… Le vrai bilan du maire frontiste de Fréjus, David Rachline


UN JOUR, UNE VILLE. La ville varoise, la plus importante gérée par le Rassemblement national, se voulait la vitrine du lepénisme municipal. Le bilan est bien sombre.


Portrait d’un candidat, interview, débat local à résonance nationale... Depuis le 20 janvier et jusqu’aux élections des 15 et 22 mars, « l’Obs » raconte chaque jour la campagne des municipales à travers l’une des 35 000 communes françaises.

Le square Raoul-Follereau est un minuscule jardin public coincé entre trois immeubles de Fréjus-Plage, dans le Var. Une poignée d’hectares de yukas, de platanes et d’herbes folles. David Rachline et son équipe municipale l’ont vendu illico presto à un promoteur immobilier pour un peu plus de 600 000 euros. Il est prévu d’y construire un nouveau bâtiment de onze logements. Les habitants de la résidence voisine des Peupliers sont vent debout et ont multiplié les recours juridiques. « Aucun mètre carré libre, aucun brin de gazon n’échappe à la frénésie immobilière du maire », soupire Jean-Paul Radigois, architecte à la retraite et membre du Comité de défense des intérêts généraux de Fréjus-Plage.

 

Fréjus, ses 2 750 heures d’ensoleillement par an, ses plages de sable fin, ses arènes romaines et, désormais, son maire frontiste. Il y a six ans, la cité antique des bords de la Méditerranée, lassée de l’affairisme et du clientélisme de l’édile (divers droite) sortant, Elie Brun, qui avait régné dix-sept ans durant, et décontenancée par les divisions de la droite locale, s’était livrée au Front national (rebaptisé depuis Rassemblement national, RN). Elle donnait ses clefs à un homme alors âgé de 26 ans, qui avait déjà la rondeur et la calvitie d’un notable, les lettres de noblesse d’un apparatchik du parti lepéniste. La moitié de sa vie vouée au Front (il a adhéré à 15 ans), des liens affichés avec des personnages controversés de l’extrême droite, comme l’idéologue Alain Soral venu le soutenir lors des cantonales partielles de 2008, et des gratifications comme s’il en pleuvait au sein des arcanes frontistes : délégué national chargé de la communication numérique au moment de son accession à la mairie, directeur de campagne de Marine Le Pen pendant la présidentielle de 2017, responsable du pôle communication après le départ de Florian Philippot…

 

Au soir de son élection en 2014, David Rachline promet tout ce qu’il peut promettre. Assainir les finances de Fréjus, alors cinquième ville la plus endettée de France par habitant, mais aussi investir dans les domaines « du tourisme, du commerce, de la jeunesse, des transports, de l’aménagement du territoire », en finir avec la « corruption et le clientélisme » de l’équipe précédente et, enfin, appliquer la « loi républicaine ». Parmi les villes conquises lors des élections municipales de 2014, Fréjus est le plus gros lot (53 000 habitants). La ville varoise sera la vitrine du parti. Son laboratoire. On y promet une gestion « dédiabolisée », pragmatique, de bon père de famille. Les déconfitures de Vitrolles, Marignane et Toulon en 1995 ne doivent pas se reproduire.

 

« Il a bétonné partout où il pouvait »


Six ans plus tard, « le bilan n’a rien à voir avec la fable entretenue par la communication frontiste », assure Emmanuel Bonnemain, avocat, proche de l’UDI (Union des démocrates indépendants) et candidat sans étiquette aux prochaines municipales dans la ville :

« David Rachline a dilapidé le patrimoine de la ville, vendu pour 45 millions de terrains – tennis, football, pétanque, squares… Il a bétonné partout où il pouvait, il a fait construire des centaines de logements à Caïs, à Gallieni, en saisissant les opportunités, sans se préoccuper des accès routiers et des équipements publics, sans plan d’ensemble. Il n’a aucune vision, ni politique urbaine. »


A peine arrivé, le nouvel édile tente notamment de s’attaquer aux places de la ville. Celle du marché de Saint-Aygulf, où il veut bâtir un immeuble de quatre étages et un parking sous-terrain avant de devoir reculer après un référendum de la population opposée à 75 % au projet. Celle aussi de la place de la République, en bord de mer, où il prévoyait un hôtel de luxe et auquel il doit également renoncer après une pétition de 2 600 signatures. Il lorgne aujourd’hui la « base nature », un poumon vert de 135 hectares, un des derniers du littoral varois, que la commune avait acheté à l’armée en 1995 et sur lequel il rêve, notamment, d’un hôtel 5 étoiles. Un nouveau PLU (plan local d’urbanisme), adopté en 2019 sans réunion publique préalable, a rendu de nombreuses zones de la ville peu urbanisées davantage constructibles. Les villas centenaires du boulevard de la Mer pourront désormais être remplacées par des immeubles de quatre ou cinq étages.

 

Pourquoi un tel appétit immobilier ? David Rachline partage, en tout cas, ce tropisme bétonnier avec Marc-Etienne Lansade, son homologue frontiste de Cogolin – autre ville du littoral varois – qui a, par exemple, vendu un terrain rarissime de 10 hectares en bord de mer, le « Yotel », pour y construire 1 200 logements. Les deux maires ont même envisagé, un temps, de créer une société publique locale commune, et ont recruté à Levallois-Perret le directeur général des services de Fréjus, Philippe Lottiaux, qui a travaillé dix ans au service des Balkany, le conseiller spécial en urbanisme de Cogolin, Jean-Marc Smadja, cousin d’Isabelle Balkany et ex-directeur de la société d’économie mixte de la ville très bétonnée des Hauts-de-Seine.

 

« Situation financière dégradée »


La réponse officielle de la mairie est la même depuis le début de début de la mandature. « Grâce à la vente des terrains municipaux, nous avons pu réduire notre endettement et fait construire 586 logements sociaux pour nous conformer à la loi SRU qui impose une part de 25 % à l’horizon 2025 », déclare David Rachline. La proportion de logements sociaux est en effet passée de 10 % à 12,2 % au cours de la mandature. Côté finances, en revanche, la situation semble inquiétante. Le montant de la dette n’a baissé que de 16 millions d’euros (de 143 millions en 2013 à 127 millions en 2019), car la commune a emprunté 41 millions supplémentaires. Surtout, d’après une étude du cabinet du cabinet Michel Klopfer sur la santé financière des collectivités, la capacité de désendettement de Fréjus, de 12 années en 2015, atteint désormais le chiffre astronomique de 39,7 années. Alors que la moyenne nationale est de 8,1 années et que le plafond pour les communes est fixé par la loi de programmation des finances publiques à 12 ans.

 

« Au vu des comptes publiés par le ministère de l’Intérieur et le ministère des Comptes publics, la situation financière de Fréjus s’est très nettement dégradée depuis trois ans, indique Michel Klopfer, le directeur dudit cabinet. Le taux d’épargne, qui tournait autour de 13 % à 17 % entre 2013 et 2015, est tombé quasiment à zéro depuis 2016. La capacité de désendettement s’est considérablement rallongée en nombre d’années. Sous réserve d’une analyse plus approfondie, cela caractérise une situation de surendettement sur trois années successives, 2016, 2017, 2018. » Et en 2019, la capacité de désendettement serait de 51 ans… Plusieurs facteurs pourraient avoir joué : absence de nouvelles recettes pérennes, peu de financements externes (Etat, Région, Europe…) et des dépenses non maîtrisées (en hausse, pour le volet fonctionnement, de 5 % sur la mandature). La mairie ne donne aucune explication officielle à ce trou d’air financier. « David Rachline a vendu les bijoux de famille et les caisses sont vides, résume Philippe Michel-Kleisbauer, député MoDem de la cinquième circonscription du Var. Il est en train d’obérer l’avenir. »


Depuis quelques semaines, un document d’une quarantaine de pages circule dans la ville : « Le livre noir de la gestion municipale de David Rachline ». Il a été rédigé par l’association officiellement apolitique Forum républicain. « De la fumisterie. C’est le paravent de La France insoumise qui pèse 5 % dans le Var », fustige David Rachline. Le contenu ? Implacable. Le rapport cite, pêle-mêle, les « contrats » signés avec des entreprises « amies » de la maison RN, opportunément créées au moment des municipales de 2014 et dont certaines ont, depuis, mis la clef sous la porte. Comme La financière des territoires, qui a rédigé un audit jamais rendu public, ou La patrouille de l’événement, présidée par Romain Petitjean, directeur du développement et de la coordination d’Iliade (Institut pour la longue mémoire européenne), et qui s’est fait remarquer au cours de sa brève existence pour avoir organisé un concert du groupe identitaire In Memoriam, connu pour ses refrains racistes, dans les arènes de la ville, à l’été 2015.

 

Extrait d’une de leur chanson :

« Ils nourrissent leurs cerveaux de mangas et d’argot, ils composent leur garde-robe dans les poubelles d’une HLM, (…) ils saccagent nos villes ! (…) Le rap, virus contagieux, gangrène la pensée. Leurs parents claquent leurs allocs au bar du coin, au PMU. (…) Quand viennent les beaux jours d’été, des jeunes filles se font violer, des ados assassinés, des grands-mères dépouillées. »
« Occupez-vous de vos fesses »


Il y a aussi les « classiques » emplois rémunérés fournis aux figures frontistes du pays. D’ailleurs, David Rachline a lui-même été salarié au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, alors qu’il était conseiller municipal à Fréjus, en 2010. L’ancien leader du Bloc identitaire, Philippe Vardon, candidat contre Christian Estrosi aux municipales de Nice, a ainsi été rémunéré une année durant comme conseiller éditorial du journal municipal, « Fréjus le Magazine ». Jérôme Cochet, apparu en couverture de « Closer » au côté de Marion Maréchal-Le Pen à l’été 2017, a été employé un temps à l’office de tourisme et est toujours chargé de certains discours du maire. Frank Giletti, un ancien de l’équipe municipale de Jean-Marie Lechevallier à Toulon, candidat aux municipales de Puget-sur-Argens, a été recruté comme fonctionnaire de catégorie A à l’hôtel de ville.

 

« A Fréjus, comme dans toutes les autres municipalités RN avec lesquelles nous sommes en contact, on trouve la même marque de fabrique frontiste, note Marie-José de Azevedo, institutrice et présidente du Forum républicain. C’est une conception très particulière de la gestion d’une collectivité locale. Manque de transparence, concertation insuffisante, mauvaises relations avec la presse, les associations, les travailleurs sociaux et l’opposition municipale. David Rachline coupe le micro lorsqu’une intervention lui déplaît en séance de conseil municipal, il a adressé un “occupez-vous de vos fesses” à une conseillère d’opposition, interrompu les relations avec le journal local “Var Matin” pendant presque deux ans et insulté une journaliste de France 3 qui avait eu l’affront de filmer les manifestations d’habitants de Saint-Aygulf. » Les collectifs qui lui déplaisent sont virés de leurs locaux, comme l’Association de la qualité de la vie de la Tour de Mar, ou disparaissent aussi sec de l’annuaire de la ville et n’ont plus de droit de cité au forum des associations, comme le Comité de défense des intérêts généraux de Fréjus-Plage. Il ne reste plus qu’un seul centre social dans la commune : celui de Villeneuve a été fermé, la Gabelle ne fonctionne plus.

 

Les Fréjussiens, pourtant, ne semblent pas en tenir rigueur à David Rachline. Un sondage Ifop-Fiducial-Sud Radio [PDF], publié dans « Var Matin » le 12 février, le donne gagnant dès le premier tour avec 51 % des voix et, même s’il y avait un second tour, il serait largement en tête au second quels que soient les cas de figure, y compris une triangulaire. « Il a un terreau d’électeurs fidèles et c’est un ténor du Rassemblement national qu’on voit sur tous les plateaux de télévision », analyse un journaliste de « Var Matin ». Le maire a publié une plaquette en papier glacé et en couleur de son bilan, « Cinq ans pour Fréjus », où il insiste sur la gestion quotidienne de la ville (ronds-points, voirie, rénovation des bâtiments publics…), la sécurité (doublement du nombre de caméras, équipement de la police municipale en gilets pare-balles), les concerts gratuits et la réfection de la base nautique. « Il y a une sorte de fatalisme parmi les habitants », indique un commerçant :

 

« Beaucoup pensent que la ville continue de tourner sans qu’il y ait de catastrophe et que David Rachline n’est pas pire que les autres politiciens, notamment qu’Elie Brun, son prédécesseur [condamné pour prise illégale d’intérêts, NDLR]. Ils sont nombreux aussi à applaudir des deux mains quand il tente de fermer la mosquée ou d’imposer un couvre-feu pour les migrants mineurs du centre d’accueil de l’hôtel Kangourou, même s’il a dû y renoncer face à la justice. »


Et les mêmes causes produisent les mêmes effets. Comme en 2014, l’opposition part divisée face au Rassemblement national. Pas moins de six listes sont dans les starting-blocks, dont cinq d’extrême droite et de divers droite, avec, parmi elles, celle de son ancien premier adjoint, Richard Sert, qui a démissionné (comme deux autres adjoints) en décembre 2019. « Le maire n’est pas investi, il vient en dilettante, il ne participe pas aux réunions, il ne travaille pas », justifie ce dernier pour expliquer sa – très – récente sécession. Il se présente sans étiquette. Comme les autres candidats. A commencer par le maire sortant, David Rachline.

18 FEVRIER 2019

David Rachline et l’étiquette de la tromperie

 

Cachez cette étiquette RN que l’électeur pourrait voir ! Voici la nouvelle stratégie électorale de David Rachline.

 

Chacun sait pourtant que David Rachline était, il n’y a pas si longtemps, sénateur Front National, puis directeur de campagne de la candidate du FN aux élections présidentielles en 2017. Il est actuellement numéro 4 dans la hiérarchie du parti du Rassemblement National.

 

De plus, dans le cadre de la campagne pour les élections municipales, Rachline apporte son soutien aux candidats du RN à Nice, à Grasse ou au Muy.

 

Le candidat RN de Nice, Philippe Vardon, prône depuis longtemps une idéologie très extrémiste et raciste, totalement incompatible avec les valeurs d’égalité et de fraternité de la République. Et malgré cette idéologie extrême, Rachline fait le déplacement à Nice pour le soutenir.

 

Cependant, il se présente à Fréjus et dirige une liste qu’il prétend être sans étiquette.


Le candidat Rachline voudrait-il gommer l’idéologie xénophobe, autoritaire et discriminatoire du RN ? Idéologie RN contraire aux valeurs de la République Française, dont l’ambition est de faire vivre ensemble tous les citoyens quelles que soient leurs croyances et leurs origines !

 

Personne ne peut être trompé !Le Rassemblement National et son idéologie néfaste pour la République et la démocratie restent le socle du candidat Rachline.

 

Le Forum Républicain appelle les Fréjusiens à lever le masque dont s’affuble Rachline ! Il est urgent de rejeter une liste soi-disant sans étiquette qui ne fait que cacher une idéologie extrémiste contraire aux valeurs de notre République.

Pour le Forum Républicain, le RN n'est pas un bon gestionnaire "

Article paru dans Var Matin lundi 10 février 2020

8 FEVRIER 2019

LES COMPTES FANTAISISTES DE D. RACHLINE

 

David Rachline aime bien les contes, surtout les contes merveilleux qu'il raconte à son fan-club, prêt à applaudir béatement à chacune des inepties qu'il avance.

 

Il veut faire croire que « la charge de la dette de la ville a été réduite de 86 millions d'euros entre 2014 et 2019 ». Un conte merveilleux qu'il développe dans ses interviews à la presse écrite et audiovisuelle, mais dont le tort principal est d'être tronqué et truqué !

 

Le Forum Républicain a donc étudié les documents budgétaires de la ville, afin de connaître la vérité sur la réalité de la dette de Fréjus.

 

La dette de la ville était en 2014 de 143,5 millions d’euros. Elle a remboursé 58,4 millions d’euros d’emprunts et en a contracté de nouveaux pour un montant de 41,2 millions d’euros. Ainsi le montant de la dette en 2019 est de 126,3 millions d’euros euros, soit une baisse de 17,2 millions d’euros, loin de la baisse fantaisiste de 86 millions d'euros annoncée par le maire !

 

Pour essayer de faire croire à ses comptes fantaisistes, le maire de Fréjus évite d'expliquer qu’il a vendu pendant son mandat des terrains municipaux pour 48 millions d’euros qu’il a affecté au fonctionnement plutôt que de procéder à un réel désendettement.

 

De plus il omet de dire aux Fréjusiens qu’à compter de l’ouverture prochaine du pôle enfance, la ville va devoir, en application des instructions budgétaires, intégrer dans sa comptabilité une dette supplémentaire de 10 millions d’euros correspondant au coût de construction de cet équipement. En réalité la ville n’aura diminué la charge de sa dette que de 7 millions d’euros, loin, très loin des 86 millions annoncés par David Rachline lors de l’interview sur Public Sénat du 30 janvier 2020.

 

?Non, le FN au pouvoir n'est pas un bon gestionnaire ! Il n'hésite pas à mentir sur la réalité des chiffres de sa gestion et de l’endettement réel de la ville.

 

 

Sur FRANCE INTER interview de la présidente du Forum Républicain Marie José De Azevedo  

 

Sur FRANCE INTER interview de la présidente du Forum Républicain Marie José De Azevedo sur la situation actuelle pour les municipales de Fréjus des 15 et 22 mars 2020.


Journal de 13h sur France Inter 96,3 Fm du vendredi 7 février 2020

 

TF1 a réalisé un reportage sur le bilan des municipalités RN/ FN à Henin Beaumont et à Fréjus.


Marie-José De Azevedo, présidente du Forum Républicain a été interviewée au sujet de la bétonisation massive de Fréjus par M.Rachline, maire RN /FN qui avait promis lors de sa campagne de 2014 de ne plus bétonner. ... En fait il a fait pire que ses prédécesseurs !
Émission de samedi 1er février 2020 : le 20h sur TF1

 

Interview de Gérard Viscontini, secrétaire du Forum Républicain sur Public Sénat au sujet " des amis du RN / FN et de M.Rachline    le 29/01/20

Interview de Marie José De Azevedo, présidente du Forum Républicain, par PUBLIC SÉNAT    le 29/01/20

29 JANVIER 2019

Interviewé par PUBLIC SÉNAT

 

Aujourd'hui Marie José De Azevedo, présidente et Gérard Viscontini secrétaire du Forum Républicain ont été interviewés par PUBLIC SÉNAT.

 

Diffusion du reportage : une partie jeudi 30 janvier à 8h25 et entre 12 et 13h puis en replay et l'autre partie vendredi 31 janvier aux mêmes horaires.

 

27 JANVIER 2019

David Rachline et le slogan Fréjus réunie : Un masque grossier !

 

Pour démarrer sa campagne électorale, David Rachline a retenu comme slogan « Fréjus réunie».

 

C'est l'aveu que Fréjus à ce jour n’est pas unie et souffre de division : Rachline, maire FN/RN, a pratiqué pendant six ans une politique municipale marquée par l'intolérance, l’autoritarisme, la stigmatisation et des choix contestés de sa politique !

 

La liste des désunions entre le maire sortant et les citoyens est longue. Quelques exemples :

 

-désunion de la majorité municipale avec la démission d'adjoints comme Richard Sert, Brigitte Auloy et Williams Aureille,


-impossibilité pour l'opposition municipale d'avoir des échanges démocratiques avec le maire,


-Rejet des projets du maire par les citoyens à Saint-Aygulf à l'occasion du projet d'aménagement de la place centrale, et à Fréjus-Plage pour l'aménagement de la place de la République,


-refus d'entendre les citoyens qui s'expriment à l'occasion des projets d'aménagement de la base nature,


-refus d'entendre les associations citoyennes, en particulier la plus ancienne association de Fréjus, le comité de défense des intérêts de Fréjus-Plage avec la volonté de la priver de son local,


-acharnement contre les musulmans de Fréjus qui ne souhaitaient que prier dans une vraie mosquée et non dans des garages,


-mépris des quartiers d'habitat social et des centres sociaux qui tissent le lien social indispensable entre citoyens..

 

 

Si David Rachline veut aujourd'hui faire oublier son parti extrémiste et se présenter comme un homme nouveau sans étiquette, personne n'est dupe ! Il ne cherche qu'à camoufler ses visions autoritaires et discriminatoires qui sèment la discorde plutôt qu'unir les Fréjusiens !

 

Aujourd'hui, Fréjus a surtout besoin de tourner la page pour élire une nouvelle équipe, pour unir et rassembler autour d’un projet commun, car ses habitants veulent vivre ensemble dans une ville apaisée et tolérante envers tous !

 

 

 

Article paru dans Var Matin lundi 27 janvier 2020

21 JANVIER 2019

Brun bonnet ou bonnet brun ?

 

Ainsi donc, l'extrême droite sent que ses ambitions municipales n'avancent pas comme elle le prévoyait à Fréjus !

 

Le maire sortant, autoritaire et méprisant comme l'affirme son ex-adjointe Brigitte Auloy , n'a plus la cote : il se trouve contesté de l'intérieur même de la majorité municipale.

 

Un autre candidat- Richard Sert, premier adjoint pendant six ans- démissionne et sort de l'équipe.


Il prétend incarner avec une autre étiquette une alternative plus crédible ( !) pour Fréjus , et il affirme être l’homme qui a su, soi-disant, gérer la ville au cours de cette période !

 

En réalité, si brun bonnet ( David Rachline) ne fait pas l'affaire, l'extrême-droite compte, avec bonnet brun (Richard Sert), poursuivre sa politique dans la même direction xénophobe, discriminante et intolérante envers certaines catégories des citoyens.

 

Tous les Fréjusiens l'ont compris, nous pensons que l’autre candidat de l'extrême droite, Richard Sert, ne proposera pas -sans se désavouer- une politique différente de celle qu'il a menée comme 1er adjoint au cours des six dernières années !

 

Il représente, comme David Rachline, la gestion municipale désastreuse que le Forum Républicain a dénoncée dans le « Livre Noir » mis à la disposition des électeurs sur notre site : http //:www.forum-republicain-frejus.fr

 

Nous y dénonçons en particulier :


Le rejet de la prise en compte des avis des citoyens sur les projets d'urbanisme,


La vente massive des biens municipaux sans projet ambitieux pour la ville qui aurait dû être soumis à la population,


La gestion préoccupante du budget municipal, sans avancée réelle sur le désendettement promis,


La division des fréjusiens et le mépris pour les associations citoyennes comme pour l'opposition municipale,


L’abandon des centres sociaux et des quartiers d’habitat social,


Le rejet de l'accueil des réfugiés qui sollicitent de la France une main tendue fraternelle...

 

Non , le maquillage ne saurait nous tromper !

 

Le Forum Républicain vous appelle à faire tomber le masque,

 

Rejetez par votre vote, au mois de mars, l'extrême droite à Fréjus !

 

 

 

Article paru dans Var Matin mardi 21 janvier 202

15 JANVIER 2019

Article paru dans Var Matin mercredi 15 janvier 2020

15 JANVIER 2019

LIVRE NOIR DE LA GESTION MUNICIPALE DU RN/ FN de M.Rachline

Livre noir de la gestion municipale de D[...]
Document Adobe Acrobat [525.8 KB]

15 JANVIER 2019

Participer aux élections municipales

 

Participer aux élections municipales, un acte citoyen pour le changement à Fréjus !

 

Vous en avez assez de cette équipe municipale incompétente et sans imagination qui ne propose aucune perspective pour mieux-vivre à Fréjus,


Vous en avez assez de ce maire autoritaire qui accélère la bétonnisation de la ville et refuse tout débat de fond sur ses choix budgétaires, urbanistiques et d’aménagement,


Vous en avez assez d’un homme qui dénigre les opposants et qui décompose la majorité municipale par son comportement méprisant.

 

Au contraire,

 

Vous souhaitez une équipe municipale à l’écoute, qui prenne en compte les aspirations des Fréjusiens,


Vous voulez un développement de la démocratie participative afin de donner votre avis sur les choix les plus importants qui concernent tous les Fréjusiens,


Vous voulez un vrai désendettement de Fréjus qui ouvre la voie à des projets ambitieux pour la ville.

 

Les 15 et 22 mars 2020, vous avez l’occasion d’exprimer vos choix pour battre la municipalité sortante en participant au scrutin pour l’élection d’une nouvelle équipe municipale.

 

À cet effet, vous devez être inscrit sur les listes électorales avant le 7 FEVRIER prochain !

 

Vous pouvez vous inscrire :

 

> sur place, en mairie en présentant une pièce d'identité, un justificatif de domicile et le formulaire de demande d'inscription complété ;

 

> par internet sur « « service en ligne » (muni de la version numérisée d'un justificatif d'identité et d'un justificatif de domicile) accessible avec un compte Service-public.fr ou via France Connect ;

 

> en adressant un courrier à la mairie de votre commune avec la photocopie d'un justificatif d'identité et d'un justificatif de domicile ainsi que le formulaire de demande d'inscription complété.

 

Lors des élections européennes, certaines personnes ont eu la mauvaise surprise de constater que leur inscription sur les listes électorales avait « disparu ».


Pour vérifier si vous êtes bien inscrit, rechercher sur Google « inscription sur liste électorale » et cliquer sur service-public.fr qui vous permet d'accéder au service en ligne et vous précise si vous êtes inscrit et à quel bureau de vote.

24 DECEMBRE 2019

La valse des déçus de la gestion de David Rachline

 

Les déçus de la gestion du maire RN de Fréjus se multiplient et les défections dans l’équipe municipale sont souvent fracassantes, et sont annoncées dans la presse locale.

 

Le maire de Fréjus applique les méthodes du FN/Rassemblement National et de son idéologie :


C’est le chef qui a toujours raison !


Toute contestation est étouffée !

 

Mais les critiques s’affichent de plus en plus au grand jour et les Fréjusiens assistent à la décomposition d’une équipe municipale qui compte de moins en moins de soutiens de David Rachline.

 

Les défections apparaissent en novembre 2019 :


-démission début novembre de l’adjoint à la culture ( William Aureille),


-démission de la majorité municipale mi-novembre de l’ex-adjointe à la culture jusqu’en 2016 (Brigitte Auloy), accompagnée d’une dénonciation spectaculaire des méthodes méprisantes de David Rachline,


-démission mi-décembre du premier adjoint Richard Sert, l’homme qui administrait de fait la ville depuis mars 2014.

 

Dans le même temps, à Roquebrune, Joël Pasquette conseiller municipal d’opposition RN depuis 2014, critique lui aussi les méthodes autoritaires de son ex-ami de Rachline. Il décide de quitter le FN/RN.

 

La décomposition municipale à Fréjus met en relief les multiples échecs de l’équipe mise en place par David Rachline en 2014. Le comportement d’un maire incompétent, autoritaire et irascible n’y est pas étranger.

 

Celui-ci a démontré :


-Son incapacité à réduire substantiellement la dette à hauteur des sommes perçues à la suite des ventes du patrimoine municipal, laissant ainsi dériver la dette plutôt que de la redresser


-Son incapacité à associer la population et les associations citoyennes à des projets immobiliers aussitôt contestés car mal préparés, ce qui a rendu le retrait de certains inévitables


-Son incapacité à faire vivre des quartiers d’habitat social, totalement délaissés


-Son incapacité à revitaliser le centre-ville et ses commerces


-Son incapacité à accorder à l’école républicaine la priorité qu’elle mérite pour l’avenir de nos enfants


-Son incapacité à projeter Fréjus et ses habitants vers un avenir tenant compte des atouts que la géographie et l’histoire ont légué à la ville.

 

Pour le Forum Républicain, il est temps pour les Fréjusiens de tourner la page et de saisir l’occasion des élections municipales de mars 2020 pour choisir une équipe municipale renouvelée et démocratique qui aura à cœur d’opter pour une gestion plus participative, plus rigoureuse et plus saine des affaires publiques.

21 DECEMBRE 2019

David Rachline désavoué par le juge de l'urgence du Tribunal Administratif !

 

Au mois de septembre 2019, David Rachline a voulu montrer ses muscles auprès de ses supporters.


Il a instauré, par arrêté municipal, un couvre-feu qui visait explicitement la quarantaine jeunes mineurs migrants sans parents, installés par le Conseil Départemental et l'Etat dans le centre " Le Kangourou " de Fréjus.

 

Cette mesure était évidemment inspirée par l'idéologie du Rassemblement National selon laquelle « qui est migrant est délinquant ».

Un désavoeu cinglant

 

Le juge de l'urgence du Tribunal Administratif, saisi par le Préfet, a infligé un camouflet à David Rachline en suspendant le 20 décembre 2019 l'arrêté municipal qui devait être applicable jusqu'au 31 janvier 2020.

 

Le juge estime :


que le maire a délibéremment voulu limiter la libre circulation des mineurs alors que les plaintes reçues sont peu importantes


qu'il n'est pas prouvé que les faits délictueux dénoncés soient de la responsabilité des mineurs étrangers.

 

Et le juge rappelle que les mesures de restriction de la liberté de circulation doivent être justifiées par des troubles sérieux à l'ordre public, ce qui est loin d'être le cas.

 

Les jeunes migrants, sans parents, aspirent essentiellement à retrouver une vie calme après les drames vécus. Ils cherchent à s'insérer dans la société française en apprenant la langue et en effectuant un apprentissage pour exercer un métier.

 

Or, ce couvre-feu interdisait aux jeunes de circuler librement mais aussi de suivre un apprentissage en boulangerie ou en restauration tôt le matin ou tard le soir.

 

Le Forum Républicain avait dénoncé la stigmatisation et la discrimination des jeunes mineurs migrants et avait alerté le Préfet.

Il se félicite que le droit l'emporte sur une décision discriminatoire et xénophobe !

----------------------------------------------------------------------

Article paru dans Var Matin samedi 21 décembre 2019

26 NOVEMBRE 2019

L'ex identitaire Philippe Vardon rémunéré par la Ville de Fréjus

 

Article paru dans Var Matin mardi 26 novembre 2019

22 NOVEMBRE 2019

Quelle sorte de 'député ' est Julie Lechanteux (RN) ?

 

Mme Lechanteux veut bien être parlementaire européenne, avec les avantages que cela comporte ( la rémunération mensuelle des députés européens s'élève à 8 757€avant impôts ) mais elle refuse l'Europe : pas de drapeau européen à sa permanence et elle s'affiche comme étant "'Député français au parlement européen" .

 

" Quelle sorte de 'député ' est Julie Lechanteux (RN) ?"
Article paru dans Var Matin vendredi 22 novembre 2019

20 NOVEMBRE 2019

Mme Lechanteux, une députée européenne qui refuse l'Europe !

 

A la suite des élections européennes du mois de mai, Mme Lechanteux a abandonné son mandat de conseillère municipale pour endosser l'habit de Députée Européenne.

 

Les Fréjusiens et électeurs de l'Est-Var attendent aujourd'hui d'elle qu'elle assume ses nouvelles fonctions avec sérieux, conviction et compétence. Les affaires examinées par le Parlement Européen traitent en effet, le plus souvent, d'enjeux importants pour les citoyens de toute l'Union Européenne !

 

Seulement voilà ! Mme Lechanteux veut bien être parlementaire européenne, avec les avantages que cela comporte, mais elle refuse l'Europe ! Elle vient de le démontrer avec l'inauguration de sa permanence à Fréjus vendredi 15 novembre.

 

Les affiches appelant à cette inauguration ne mentionnent nulle part qu'elle représente, en sa qualité de Députée Européenne, les citoyens français au Parlement Européen. Le drapeau européen n'apparaît pas non plus dans son local.

 

Mme Lechanteux cherche-t-elle à dissimuler son appartenance au Parlement Européen ?

 

Elle reste ainsi dans la droite ligne :


de son mentor, David Rachline, qui refuse depuis plus de cinq ans de dresser le drapeau européen sur le fronton de la mairie,
de son parti, le Rassemblement National, qui est farouchement opposé à la construction européenne,

 

En oubliant manifestement que depuis 75 ans, avec la construction réalisée par l'Union Européenne, nous pouvons éviter les guerres fratricides du passé et vivre en paix.

19 NOVEMBRE 2019

Menacée, Insaf Rezagui a eu gain de cause au tribunal

 

L'exemple de Christopher Pecoul illustre les agissements de certains membres du Rassemblement National qui insultent et menacent les opposants politiques sur les réseaux sociaux. ... et qui plus tard osent se présenter à des élections pour représenter les citoyens !!!!!

 

La cohérence, l'éthique et l'intégrité sont nécessaires pour pouvoir représenter les citoyens !

 

Article publié dans Var Matin mardi 19 novembre 2019

14 NOVEMBRE 2019

Le Forum Républicain sollicite la préfecture

 

Le Forum Républicain a écrit au Préfet afin
" d inviter le maire de Fréjus à retirer l arrêté municipal portant limitation temporaire et préventive de la circulation nocturne des mineurs sur certaines parties du territoire communal. "

 

" Couvre-feu : Rachline réagit "
Article paru dans Var Matin jeudi 14 novembre 2019

13 NOVEMBRE 2019

Le poing levé place Formigé contre les discriminations !

 

"Nous, on les soutient chaque année, c est important de montrer qu'on est toujours là.
Qu'il y a des gens qui sont contre les discriminations, que ce soit le racisme, le sexisme ou l'homophobie."

Marie José De Azevedo, Présidente du Forum Républicain

 

"Le poing levé place Formigé contre les discriminations "
Article paru dans Var Matin mercredi 13 novembre 2019

28 OCTOBRE 2019

Dimanche 27 octobre, Gérard Viscontini pour le Forum Républicain a été interviewé par F3 Côte d'Azur au sujet de l arrêté de M.Rachline discriminant et stigmatisant les migrants mineurs.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/frejus-et-saint-raphael/frejus-maire-impose-couvre-feu-mineurs-pres-centre-jeunes-migrants-1741473.html?fbclid=IwAR0eD-Z4adkn7jU3tJZykOuM4Pd42z_szrfkzCm2CcD5XDLoYMS4_wl81Ao

26 OCTOBRE 2019

" Le couvre-feu qui cible les migrants sent la poudre !"

 

Article paru dans Var Matin samedi 26 octobre 2019

21 OCTOBRE 2019

DAVID RACHLINE LANCE UNE CAMPAGNE ÉLECTORALE SOUS LE SIGNE DE LA STIGMATISATION ET LA DISCRIMINATION

 

David Rachline vient d'adresser un courrier aux habitants d'un quartier de La Tour de Mare pour annoncer un arrêté interdisant aux mineurs étrangers de circuler de 22 h à 6 h dans le quartier.


Cette initiative vient s'ajouter au vœu qu'il a fait voter au du conseil municipal du 26 septembre dernier demandant le départ de l'ensemble du groupe des mineurs étrangers installés à Fréjus.

 

A l'approche des élections municipales, les jeunes migrants sans parents sont, une fois de plus, stigmatisés et discriminés pour justifier un couvre-feu des jeunes migrants, et ainsi agiter auprès des électeurs la peur de l'étranger, un des piliers de l'idéologie de Rassemblement National.

 

Quels sont les faits ?

 

L'Etat et le Conseil Départemental du Var ont installé 35 jeunes migrants non accompagnés de leurs parents à Fréjus à l'hôtel Kangourou. La plupart sont scolarisés ou en apprentissage conformément à la mission confiée à l'aide sociale à l'enfance.

 

Une bagarre a éclaté entre deux de ces jeunes, comme cela peut arriver. Les deux protagonistes ont été immédiatemment déplacés par l'aide sociale à l'enfance dans un autre centre d'accueil situé dans le Nord.

 

D'autres faits répréhensibles auraient été commis dans le quartier et une enquête serait en cours. Mais, pour David Rachline, les auteurs de ces faits ne peuvent être que des jeunes migrants !

 

Une réaction discriminatoire et autoritaire peu digne d'un élu de la République !

 

Plutôt que d'accompagner l'aide sociale à l'enfance du Département qui a en charge la protection et la formation de ces jeunes pour leur bonne insertion dans la société française, David Rachline prend prétexte de l'incident entre les deux jeunes migrants pour annoncer sa volonté d'imposer un couvre-feu discriminatoire et par conséquent illégal.

 

Les décisions prises par David Rachline montrent qu'il n'agit pas dans l'intérêt public, mais seulement par INTÉRÊT ÉLECTORAL. Il fait, au surplus, financer par les impôts des fréjusiens une campagne de courriers qui n'a d'autre but que de faire croire aux électeurs que seuls des jeunes migrants peuvent être à l'origne de troubles répréhensibles..

 

Voici le courrier reçu par les habitants de la Tour de Mare.

12 OCTOBRE 2019

" Les talents sont nombreux pour un renouveau de la gestion municipale. Le sursaut républicain est toujours impératif. "

 

Article paru dans Var Matin samedi 12 octobre 2019

10 OCTOBRE 2019

Mise au point de Marie-José De Azevedo suite à mon entretien publié dans le Var Matin du 7 octobre 2019

 

A la suite de mon entretien avec Var Matin publié le 7 octobre, diverses réactions ont montré que mes propos n’ont pas toujours été bien compris. Je souhaite par conséquent faire la mise au point suivante.

 

J’ai pris l’initiative d’organiser ce que nous avons appelé au Forum Républicain « les assises de l’alternance ». Celles-ci ont permis aux partis politiques fréjusiens qui l’ont souhaité et qui étaient opposés au RN, d’engager en mai/juin un dialogue entre eux, en préalable à la campagne électorale pour les élections municipales.

 

J’ai voulu, avec le Forum Républicain, montrer que des citoyens de Fréjus exigeaient d’eux un sursaut afin de créer une dynamique conduisant à écarter le Rassemblement National de la municipalité.

 

Aujourd’hui, j’estime personnellement que les efforts que nous avons déployés dans ce but semblent être encore insuffisants pour produire la dynamique recherchée et j’ai voulu exprimer ma déception dans les propos que j’ai pu tenir au Var Matin. Mais le sursaut républicain est toujours impératif. Nous devons réagir de manière urgente.

 

Les talents sont, en effet, nombreux à Fréjus pour un renouveau de la gestion municipale. Aussi, je pense que les Fréjusiens sauront en définitive choisir le meilleur d’entre eux. Ce sera, à mon avis, celui qui saura faire le rassemblement de tous les républicains et démocrates. C’est indispensable et je saluerai ce candidat car le RN ne peut être battu qu’à cette condition !

 

Dans cet esprit, je tiens, à rappeler les positions du Forum Républicain pour cette campagne électorale telles qu’elles ont été définies lors de son Assemblée Générale annuelle du 3 octobre 2019.

 

> Le Forum Républicain favorisera le rassemblement de toutes les forces républicaines et démocratiques opposées au Rassemblement National,


> Le Forum Républicain invitera les électeurs de Fréjus à refuser l'abstention et à voter au premier tour pour les listes républicaines et démocratiques de leur choix,


> Pour le second tour, le Forum Républicain appelera les électeurs à voter pour la liste républicaine et démocratique la mieux placée pour battre David Rachline et le Rassemblement National.

 

 


Article paru dans Var Matin lundi 7 octobre 2019

28 SEPTEMBRE 2019

Au conseil municipal de Fréjus : Une délibération xénophobe et anti-jeunes

 

Bien qu’il soit maire depuis cinq ans, David Rachline n’a toujours pas assimilé les valeurs de notre République qu’il doit appliquer localement du fait de ses fonctions !

 

Il vient ainsi de faire voter par le conseil municipal du 26 septembre 2019 un vœu refusant l’installation par le conseil Départemental du Var de 35 mineurs non accompagnés étrangers sur le territoire de la commune.

 

Ce voeu est contraire au principe de protection et de formation des mineurs, issu de la loi française et de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant de 1989 que la France a ratifiée.

 

Les mineurs isolés, sans famille, qu'ils soient Français ou étrangers, et quelles que soient la couleur de leur peau ou leurs origines, sont en effet sous la protection de l'Etat et du Conseil Départemental.

 

Les 35 mineurs non accompagnés, étrangers, installés à Fréjus sont donc sous la protection de la France.

 

Que trois de ces mineurs aient pu avoir une conduite répréhensible n'est pas un motif pour remettre en cause ce principe de protection et demander le départ de l'ensemble du groupe des 35 mineurs étrangers installés provisoirement à Fréjus.

 

Les trois mineurs mis en cause seront présentés à un tribunal dans les conditions prévues par la loi comme pour tout mineur.

 

Plutôt que d’adopter une attitude xénophobe anti-jeunes, le maire de Fréjus se doit d'appliquer les lois de la République et chercher à accompagner l’aide sociale à l’enfance du Département dans sa mission de protection et de formation de mineurs qui sont sur notre territoire seuls, sans parents, le plus souvent après avoir effectué un parcours migratoire traumatisant.

 

Une preuve de plus que M. Rachline continue de s'inspirer de l'idéologie xénophobe du Rassemblement National fondée sur le rejet des autres et de la différence.

14 SEPTEMBRE 2019

Fréjus, la ville bétonnée du Rassemblement national

 

Article paru dans Mediapart le 14 SEPTEMBRE 2019 PAR LUCIE DELAPORTE

 

Ce week-end, auprès de Marine Le Pen qui, cette année encore, rassemble ses troupes à Fréjus pour sa rentrée politique, David Rachline devrait annoncer sa candidature à sa réélection. Bilan de six années en quête de respectabilité.

 

Dès le samedi matin, une noria de bus achemine à Fréjus des centaines de militants RN de la région. Comme à chaque rentrée politique de Marine Le Pen dans la ville, le théâtre du forum sera ce week-end plein à craquer. Un cadre idéal pour que David Rachline annonce qu’il se représente à la mairie de Fréjus, ravie en 2014. Alors que la présidente du parti d’extrême droite a annoncé qu’elle souhaitait tendre la main pour ces élections municipales à des personnalités issues d’autres formations politiques, le jeune maire RN devrait présenter une liste d’ouverture.

 

Une information que ne veut pas confirmer son chef de cabinet, l’ancien surveillant de prison Julien Jouniaux. « Ce n’est pas le moment. Il est trop tôt. Nous sommes au travail pour le redressement de la ville », explique-t-il, refusant toute question supplémentaire sur le bilan de Rachline à Fréjus.

 

Avant l’été – ce ne sera donc pas comptabilisé dans les comptes de campagne –, la mairie a pourtant distribué à tous les Fréjussiens une magnifique brochure de 45 pages sur papier glacé intitulée « 5 ans pour Fréjus 2014-2019 » pour vanter l’action du maire.

 

Sécurité, embellissement, action culturelle… La réfection de chaque giratoire y est minutieusement recensée. Fréjus, 53 000 habitants, est la plus grande ville détenue aujourd’hui par le Rassemblement national et Rachline sait combien son bilan sera regardé à la loupe.

 

Celui qui a conquis la ville alors qu’il avait 27 ans se targue d’en avoir renforcé l’attractivité touristique et économique, d’avoir fait baisser l’insécurité, le tout sans augmenter les impôts, comme il s’y était engagé. Et en amorçant le désendettement de la ville.

Une manière un peu idyllique de présenter son mandat qui fait bondir l’opposition locale.

 

« C’est simple, en six ans, il n’a presque rien fait. Enfin si, beaucoup de com’ et très peu d’action », juge, lapidaire, l’avocat Emmanuel Bonnemain, qui a annoncé sa candidature à la tête d’une liste sans étiquette. « Bien sûr, ça tourne : les ordures sont ramassées, des travaux de voirie sont réalisés. Mais pour le reste… Rien. Il n’a aucune vision », ajoute Bonnemain.

Rachline, qui cherche aujourd’hui à se présenter comme un bon gestionnaire, a pourtant, dès le début de son mandat, tenu à donner des gages à l’électorat frontiste.

 

À peine arrivé aux manettes, il a baissé les subventions des centres sociaux de la ville. « Ils intervenaient dans des quartiers populaires avec une forte population immigrée. Ce n’était pas vraiment dans ses priorités », précise Julien Poussin, militant de La France insoumise et candidat lui aussi. Le centre de Villeneuve, dont la responsable avait eu le malheur de se plaindre dans la presse de ces baisses de subventions, a dû fermer.

 

Le message était passé. Toute opposition publique serait immédiatement sanctionnée. Au forum des associations qui vient de se tenir à Fréjus, Rachline a interdit la venue d’associations jugées « politiques », c’est-à-dire en désaccord avec lui.

 

En bientôt six ans, le RN a réussi à noyauter bon nombre d’associations de la ville. C’est désormais Rachline qui nomme les présidents des conseils de quartiers, qui sont soumis, de fait, totalement à sa botte. Dans une ville où la population de rapatriés d’Algérie est très importante, Rachline soigne leurs associations et s’est empressé d’inaugurer une stèle en hommage « à tous ceux qui sont tombés pour que vive la France en Algérie ».

 

Alors qu’il avait fait campagne contre la construction d’une mosquée dans le quartier de la Gabelle – autorisée par son prédécesseur Élie Brun, il a beaucoup communiqué sur ses recours en justice pour empêcher sa construction. « Il a surtout fait semblant de s’opposer, précise Emmanuel Bonnemain. Quand il a été élu, elle était à l’état de dalle. Il l’a laissée se construire et n’a déposé ses recours sur les permis de construire qu’en novembre 2014, poussé par une campagne lancée par Fdesouche. Mais c’était trop tard. » La mosquée, aujourd’hui ouverte au public, est de l’avis de tous une réussite architecturale et Rachline n’évoque plus le sujet. « Dans le fond, il ne voulait pas se prendre le bec avec la communauté musulmane de la gabelle, estime Bonnemain. Cela a été une partie de poker menteur. Elle est ouverte mais il peut se prévaloir d’avoir fait déposer des recours contre sa construction. »

 

Contrairement au maire RN de Beaucaire Julien Sanchez, adepte des coups de com’ et engagé dans un bras de fer avec la communauté musulmane en imposant du porc à la cantine tous les lundis, Rachline a plutôt choisi de temporiser.

 

Celui qui a été formé par Jean-Marie Le Pen s’est employé à respecter à la lettre la nouvelle feuille de route du parti : démontrer que le RN pouvait gérer une ville sans faire de vagues. Le RN, qui reste meurtri par les échecs dans les villes remportées dans les années 1990 (lire l’entretien de Sylvain Crépon), sait qu’il joue dans sa gestion municipale sa crédibilité à accéder au pouvoir au niveau national.

 

« Il a vendu les bijoux de famille mais n’a fait aucun investissement d’envergure »


Après avoir entretenu en début de mandat des relations houleuses avec l’opposition, insultant et coupant les micros à ceux qui lui déplaisaient, Rachline a un peu mis d’eau dans son vin. Nommé directeur de campagne de Marine le Pen en 2017, il a reçu l’ordre d’éviter tout dérapage pouvant nuire à sa candidate. Le remuant FNJ local a aussi été prié de la mettre un peu en veilleuse.

 

Pour faire tourner la boutique, Rachline a recruté un énarque au poste de directeur général des services, Philippe Lottiaux, candidat malheureux à Avignon en 2014, mais surtout ancien DGS de Patrick Balkany à Levallois. Une choix qui s’explique par le maigre vivier de cadres locaux compétents.

 

Le jeune élu a aussi récupéré pour s’entourer un certain nombre de transfuges de LR, à l’image de son premier adjoint Richard Sert, chargé du budget et des finances. Il a également maintenu à son poste de direction à l’urbanisme l’ex-épouse du maire sortant Élie Brun, qui a bien aidé à son élection en se maintenant au second tour dans une triangulaire. Celui qui n’avait de cesse de dénoncer le clientélisme de son prédécesseur a tenu à conserver des liens privilégiés avec les barons locaux du BTP, certains se trouvant, comme l’a dénoncé en 2017 la Cour régional des comptes, en situation de quasi-monopole.

 

Quand il remporte les municipales, la ville a 138 millions de dettes pour un budget de 128 millions par an. Rachline, qui s’est engagé à ne pas augmenter les impôts locaux, va vendre à tour de bras des terrains communaux pour le plus grand bonheur du BTP et des promoteurs immobiliers de la côte.

 

« Il a vendu les bijoux de famille mais n’a fait aucun investissement d’envergure », regrette l’élue d’opposition LR Annie Soler.

 

Alors qu’il a vendu pour 48 millions d’euros de terrain foncier, Rachline n’a fait baisser la dette que de 17 millions d’euros. « Où est passé le reste ? », s’interroge Emmanuel Bonnemain, qui dénonce une gestion court-termiste. Pour construire un complexe scolaire, Rachline a signé un partenariat public-privé qu’il présente comme ayant coûté 10 millions d’euros à la ville. « C’est en réalité le double que devront sur 20 ans rembourser les Fréjussiens sous forme de loyer », fustige l’avocat.

 

La dernière lubie de Rachline : faire construire un hôtel cinq étoiles, un « bar dansant » et un aquarium géant sur la « Base nature » de la ville, un espace naturel de 135 hectares en bord de mer. « C’est le poumon de Fréjus. Un lieu aujourd’hui ouvert à tous qui pourrait être privatisé demain », s’insurge Pierre Barbe, président de l’association des Amis de la Base nature de Fréjus. Le projet provoque une telle levée de boucliers que le maire l’a mis en sourdine à l’approche des municipales.

 

En près de six ans, nombre de ses projets d’aménagement sont d’ailleurs tombés à l’eau.

 

Dans le quartier résidentiel de Saint-Aygulf, Racheline voulait construire sur la place principale un hôtel et un parking souterrain de 300 places. Devant les protestations des habitants, il a organisé un référendum dont les résultats lui sont revenus comme un boomerang, les habitants refusant à 76 % son projet.

 

Lancée en début de mandat, l’idée de construire à Fréjus une piscine géante adossée à une école de surf, la « Surf Academy », a viré au fiasco. « Ils devaient embaucher 90 personnes, un bar, restaurant… Ce devait être une vague submersive – cela s’est terminé en petit pédiluve, avec trois toboggans », ironise l’opposante Annie Soler.

 

L’entreprise, basée à Hong Kong et dirigée deux anciens militants d’un groupuscule violent d’extrême droite (lire ici l’enquête de Marine Turchi), est partie en laissant des dettes et certaines personnes attendent toujours d’être payées.


Le projet, pour le moins fumeux, devait surtout faire plaisir à ses amis politiques. Car Rachline tient à travailler « en famille » et à récompenser ses amis. Selon nos informations, l’ancien du Bloc identitaire Philippe Vardon, aujourd’hui candidat à la mairie de Nice, facture 1 500 par mois ses conseils en communication pour le journal municipal. Franck Giletti, ancien conseiller de Jean-Marie Lechevellier à Toulon, a été récemment embauché à la mairie comme « chargé de mission » à un salaire très confortable.

 

Dans l’opposition, certains se demandent si ce poste n’est pas un moyen de lui permettre de mener sereinement sa campagne à Puget, une commune proche de Fréjus que le RN espère ravir en mars prochain pour obtenir la majorité dans la communauté de commune.

 

Le fonctionnement clanique de la mairie semble diviser aujourd’hui la ville entre pro- et anti-Rachline. « Le climat a changé à Fréjus. Cela a divisé au sein même des familles, des groupes d’amis », rapporte l’élue d’opposition LR Annie Soler.

 

Rachline sait soigner ses électeurs. Pour la venue de Johnny Hallyday, au début de son mandat, des milliers de places gratuites ont été offertes aux Fréjussiens. Les jeunes apprécient aussi visiblement les événements comme le Summer Color Festival, un festival de musique électro mis en place par la ville. Cet été, les arènes de Fréjus – gérées par des proches du maire –, ont programmé Jean-Marie Bigard, qui a remporté un franc succès. « C’est vraiment du pain et des jeux », peste Jacky Giral, militant d’EELV qui reconnaît que cette politique a son efficacité sur certains électeurs.

 

Face à Rachline, l’opposition paraît – à presque six mois du scrutin – encore bien dispersée. La présidente du forum républicain, Marie-José de Azevedo, qui a organisé les assises de l’alternance, le reconnaît volontiers. « Nous avons invité tous les candidats qui souhaitent l’alternance. L’objectif est de se respecter pendant la campagne et de s’engager à se retirer en faveur du candidat le mieux placé face à Rachline. Mais c’est encore un peu compliqué pour certains », explique-t-elle. Les batailles d’egos font rage et les candidats s’auto-proclamant « de rassemblement » face à Rachline sont légion. Ce qui pourrait bien lui offrir un boulevard en mars prochain.

13 SEPTEMBRE 2019

Fréjus, ville accueillante, chargée d'histoire, refuse l'exclusion et la haine !

 

Dimanche prochain, le maire  David Rachline accueillera une nouvelle fois à  Fréjus Mme Le Pen et son parti, le Rassemblement National !

 

Comme c'est devenu une rengaine habituelle, nous nous attendons encore une fois à entendre :

  • le sempiternel discours sur la soi-disant« submersion migratoire de nos villages, de nos rues… » désignée comme l’origine de toutes les difficultés des citoyens,
  • le discours sur l’insécurité de notre société (« ensauvagement progressif » selon Mme Le Pen)  dont l’immigration serait en grande partie responsable.

 

A Fréjus, nous, les démocrates, refusons d’accepter ce discours haineux et tellement simpliste !

Fréjus est une ville chargée d'histoire, à la fois romaine et provençale, ouverte sur la Méditerranée. Elle a une tradition d'accueil de personnes venant du Sud comme du Nord et cela fait sa richesse.

 

Aussi, nous rejetons le discours haineux du RN contre les réfugiés et contre les organisations humanitaires chargées de sauver des vies sur notre mer Méditerranée. Celle-ci est devenue un immense cimetière d'enfants, de femmes et d'hommes qui fuient la guerre et les persécutions.

 

Oui, la France doit prendre sa part, avec d’autres pays, à l'accueil des réfugiés !

 

Oui, le problème de la sécurité des personnes est une affaire sérieuse qu'il faut traiter sérieusement ! Mais ce n'est pas en désignant des boucs émissaires que l’on peut la traiter sérieusement.

 

En faisant de la démagogie leur discours principal, le Rassemblement National et Mme Le Pen démontrent qu'ils ne sont pas en capacité  d'apporter aux Français les réponses réelles et adaptées qu'ils attendent…

11 SEPTEMBRE 2019

Philippe Vardon, un ami sombre de David Rachline

 

David Rachline et son parti, le Rassemblement National, ont de tout temps été liés à des personnes qui prônent le racisme et la xénophobie et magnifient les périodes les plus sombres de notre histoire. Une nouvelle preuve nous est donnée aujourd'hui.

 

Le Rassemblement National vient, en effet, de donner son investiture à Philippe Vardon,  qui sera donc candidat aux élections municipales de Nice au mois de mars prochain.

 

Qui est Philippe Vardon ?

 

Ancien chanteur d'un groupe rock néo-nazi et fondateur du « bloc identitaire », groupuscule violent d'extrême-droite hostile aux musulmans, Philippe Vardon a, en particulier,à son actif l'occupation illégale du chantier de la mosquée de Poitiers, un livre contre « l'imam Estrosi » (sic), et revendique la « remigration » des musulmans.

 

Il a été condamné en 2008 par les tribunaux pour incitation à la haine raciale, et en 2014  pour violences lors des élections municipales de Fréjus, alors qu'il soutenait la candidature de David Rachline.

 

Avec ce « palmarès », Philippe Vardon a été admis au Front National, puis a été élu conseiller régional en 2016 sous l'étiquette Front National et promu au bureau national du Rassemblement National en 2017.

 

Aujourd'hui, le RN soutient sa candidature à la mairie de Nice.

 

Comment dès lors prétendre que le Rassemblement National serait un parti comme les autres comme le soutiennent Marine Le Pen et son représentant local David Rachline ?

 

Comme le dit le bon sens populaire, on a les amis que l'on mérite !

24 FEVRIER 2019

LE BUDGET DE FREJUS : ENTRE MAUVAISE GESTION ET IMPOSTURE

 

Le Forum Républicain alerte sur la situation financière préoccupante de la ville et la mauvaise gestion de l’équipe RN/FN. David Rachline ruine la Ville en dégradant ses comptes, fait les fonds de tiroir en vendant massivement le patrimoine communal, et investit moins que ses prédécesseurs. Il est temps qu’une nouvelle équipe reprenne les rênes de la gestion municipale.

 

  1. La gestion financière de l’équipe RN/FN se dégrade dangereusement
  • Depuis 2014 le résultat annuel du budget de fonctionnement est passé d’un excédent de 7 millions € à un déficit de 451.000 € en 2017. Pour éviter de nouveaux déficits, la ville a procédé de manière inhabituelle, en 2018 et en 2019, à une reprise anticipée du résultat, masquant ainsi son incapacité à équilibrer les comptes. Sans ce subterfuge, le budget d’investissement 2019 serait déficitaire de près de 3 millions €.

 

  • La dette augmentera en 2019 de 205K€, contrairement aux affirmations de la ville. En 6 ans le désendettement n’aura été que de 15,8 M€ alors que D.Rachline aura sacrifié tous les « bijoux de famille », en vendant pour 48M€ de patrimoine, appauvrissant la ville. De plus ces chiffres n’intègre pas la dette de 10 millions € contractée dans le PPP du pôle enfance, qui vient de fait accroitre la dette de la ville.  

 

  • Fréjus reste l’une des villes les plus endettées (127M€) parmi les 440 communes de plus de 20.000 habitants. A grand renfort de communication la ville veut faire croire qu’elle se désendette. Or, elle est passée du 435° au 419° rang, ce qui n’est pas glorieux !

 

  • L’épargne brute (différence entre recettes et dépenses réelles) a chuté de 14,5M€ en 2014 à 2,9M€ en 2019, soit une baisse de 80%, traduisant l’incapacité de la ville à autofinancer ses investissements. C’est une lourde faute de gestion.
  • Alors que la Cour des Comptes estime que la capacité de désendettement (nombre d’année pour rembourser la dette) ne doit pas aller au-delà de 12 ans, à Fréjus ce ratio est passé à 17 ans au Compte administratif 2017 et à 43 ans au BP 2019, marquant une situation très dégradée des comptes de la ville.
  1. La ville investit beaucoup moins que dans le mandat précédent  
  • Contrairement à ses affirmations mensongères D.Rachline investit beaucoup moins que ses prédécesseurs. Sur la période 2011/2013 les investissements étaient de 24M€/an, ils sont sur la période 2014/2018 de 9M€, soit presque trois fois inférieur à ce qu’ils étaient dans le mandat précédent. Cette situation est préoccupante car le patrimoine n’est plus entretenu, comme en atteste la diminution de 5% des crédits d’entretien au BP 2019 et le mauvais état de la voirie, des réseaux et des bâtiments.

 

  •  Le recours au partenariat public privé (PPP) pour la réalisation du pôle enfance est un véritable contresens économique. Si la ville avait construit le bâtiment en maîtrise d’ouvrage publique, le coût sur 30 ans aurait été de 15 M€. Avec le PPP, il va coûter 5 M€ de plus aux contribuables fréjusiens, soit 33% !

 

  • Nous nous opposons fondamentalement aux projets sur la base nature. Nous demandons l’arrêt du projet de construction de l’hôtel de luxe en front de mer qui revient à une privatisation de cet espace public et du jardin méditerranéen attenant, et un référendum sur l’ensemble des aménagements prévus. D’un point de vue financier nous considérons que le recours à un « bail à construction » ne permettra pas à la ville, contrairement à ses affirmations, de percevoir les recettes espérées (8 M€) qu’elle avait imprudemment inscrites à son budget 2018. Nous considérons que le coût de la relocalisation des services techniques, estimé à 12,5M€, aurait justifié des solutions moins couteuses.

 

  1. La fiscalité locale est en hausse

Contrairement aux affirmations mensongères de la ville dans sa campagne promotionnelle, le montant des impôts payés par les Fréjusiens est en hausse ! Certes, les taux n’ont pas augmenté, alors que le Maire en campagne avait promis une baisse, mais les impôts augmentent tous les ans par le mécanisme de revalorisation des valeurs cadastrales. A Fréjus les impôts vont augmenter de 2,2% en 2019. Pour être en cohérence avec ses promesses, D Rachline devrait baisser les taux ! Il n’y a donc pas de stabilité comme la ville voudrait le faire croire !

 

Le taux de la Taxe Foncière de Fréjus (20,45%) y est plus élevé que sur les autres villes comparables et notamment Saint Raphael (17,30%).

 

S’agissant de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, la ville aurait pu en raison des trop-perçus de la ville de Roquebrune faire baisser son taux dès 2016. Or, pour des raisons politiciennes, elle a fait le choix de ne la baisser qu’en 2018 pénalisant ainsi les contribuables durant 2 ans.

 

  1. La transparence dans la gestion municipale n’est pas au rendez-vous. Sur le site de la Ville les seuls documents accessibles sont le budget primitif 2016 et le compte administratif 2015. Rien sur les budgets 2017 et 2018. De même les avis d’attribution des marchés publics ne sont pas publiés sur son site. On fait mieux lorsque l’on n’a rien à cacher !

 

19 FEVRIER 2019

RASSEMBLEMENT CONTRE L'ANTISÉMITISME ET LE RACISME

 

Le Forum Républicain a lancé un APPEL À UN RASSEMBLEMENT ET UNE MARCHE POUR DIRE NON À L ANTISÉMITISME AU RACISME ET À LA HAINE mardi 19 février 2019 à 18 H 30.

 

Signataires de cet appel à Fréjus/Saint-Raphaël: Forum Républicain-Europe Ecologie les Verts-La France Insoumise-Parti socialiste- La République en Marche Saint-Raphaël -Les Républicains- Union des Démocrates et Indépendants-Union des Démocrates Fréjusiens-Citoyens, Démocrates et Républicains- Fréjus 2020- Ecocitoyenneté entre Mer et Estérel- AGIR Saint-Raphaël.

 

Belle mobilisation ce soir lors du rassemblement contre l'antisémitisme et le racisme : 500 personnes ( nombre donné par la DCRI anciennement RG ).
Merci à tous pour votre présence : tous unis pour défendre les valeurs de la République : Liberté Égalité Fraternité !

 

 

Photos prises par Bah Alors ?

 

 

Article paru dans Var Matin mercredi 20 février 2019.

 

 

DISCOURS LORS DU RASSEMBLEMENT CONTRE
L ANTISEMITISME LE RACISME ET LA HAINE
MARDI 19 FEVRIER 2019

 

Bonsoir à toutes et à tous

Le discours que je vais prononcer ce soir a été rédigé par les membres du Forum Républicain et par l’Union des Etudiants Juifs de France.

Chers amis,

Je souhaite remercier l’ensemble des partis politiques locaux : Europe Ecologie les Verts, France Insoumise, Parti socialiste, La République en marche, Les Républicains, Union des démocrates et Indépendants, Union des Démocrates fréjusiens-citoyens, Démocrates et Républicains, Agir et des associations locales : Forum Républicain, Fréjus 2020, le comité de défense des intérêts de Fréjus Plage, Ecocitoyenneté entre Mer et Estérel, la Communauté juive de Fréjus /Saint-Raphaël qui ont été les signataires de cet appel lancé au départ nationalement puis initié à Fréjus / Saint-Raphaël par le Forum Républicain et aussi remercier tous les citoyens qui ont répondu présents aujourd’hui.

L’unité républicaine et la mobilisation citoyenne sont plus importantes que jamais en ces temps troublés pour dire notre opposition à ce fléau qu’est l’antisémitisme. Aucune querelle, aucun désaccord politique, ne saurait prendre le pas sur la lutte contre la haine.

Ces derniers jours ont en effet été marqués par de nombreux actes qui rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire. Les exemples se sont multipliés. Le mot « juden » marqué sur les vitres d’un commerce au seul prétexte de la consonance prétendument juive de son nom; l’arbre à la mémoire d’Ilan Halimi, jeune homme mort sous les coups d’agresseurs nourris de préjugés antisémites, arraché ; la croix gammée dessinée sur le portrait de Simone Veil ou encore la prise à partie d’Alain Finkielkraut en pleine rue sous les cris de « retourne à Tel Aviv » et « sale sioniste ».

L’amertume de l’impression laissée est également confirmée par les chiffres. Le nombre d’actes antisémites a ainsi augmenté de 74% en 2018 par rapport à l’année précédente pour atteindre le chiffre de 511. Ce chiffre est alarmant, il rappelle que l’antisémitisme, comme le racisme, l’homophobie, le sexisme et l’ensemble des discriminations, sont des réalités en France face auxquelles chacun se doit d’être vigilant. L’on ne peut aujourd’hui que penser à la mémoire de Sébastien Sellam, Ilan Halimi, Jonathan Arie et Gabriel Sandler, Myriam Monsonego, Yoav Cohen, Yohann Hattab, François-Michel Saada, Philippe Braham, Sarah Halimi et Mireille Knoll. Cette longue liste de 14 noms rappelle quant à elle qu’au 21è siècle, en France, l’antisémitisme continue de tuer.

Les insultes dans la rue, les messages haineux sur les réseaux sociaux, les tags, les profanations, les intimidations, ne sont qu’une première étape dans la dynamique de haine qui conduit inexorablement au pire.

On croyait en avoir fini avec les clichés anti juifs. On croyait que l’Europe avait définitivement tiré les leçons de son Histoire et que les 6 millions de juifs morts de la Shoah auraient marqué un point final à cette haine. L’actualité nous rappelle tristement le contraire.

Nous devons donc aujourd’hui nous unir contre l’antisémitisme sous toutes ses formes. Nous devons également lutter contre toutes les formes de haine. Ces derniers mois, ce n’est pas seulement la parole antisémite qui s’est libérée mais également la parole raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe. Tous ces discours de haine doivent être condamnés avec la même force parce qu’ils sont nourris de la même haine.

Chaque fois qu’une personne juive, noire, musulmane, homosexuelle ou une femme est attaquée pour ce qu’elle est, ce sont les valeurs républicaines toutes entières qui sont attaquées. La lutte contre l’antisémitisme n’est donc pas que l’affaire des juifs mais de tout citoyen convaincu par la défense des fondements de notre société : Liberté, Egalité, Fraternité.

C’est cette leçon d’universalisme que nous devons retenir du parcours de Simone Veil, qui, au retour des camps de la mort, a choisi de s’engager au service du bien commun. Alors face à la haine antisémite et raciste, choisissons l’action et la mobilisation pas l’indifférence ou la collaboration parce que, comme disait Elie Wiesel : « Je jure de ne jamais rester silencieux lorsqu’un autre être humain subira tourmentes et humiliations. On doit toujours prendre parti. La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage celui qui tourmente, jamais celui qui est tourmenté. »

 

 

21 JANVIER 2019

DAVID RACHLINE BRADE LA BASE NATURE ET LE PATRIMOINE DES FREJUSIENS

 

Le Conseil Municipal de Fréjus vient de modifier sensiblement le montage juridique et le calendrier de réalisation des équipements de la base nature. Le FORUM REPUBLICAIN en conteste toujours les fondements.

 

  • Un projet incompatible avec la base nature

La Ville veut construire, en front de mer d’un hôtel de « prestige » de 100 chambres, d’un aquarium et d’un espace festif pour accueillir bars et restaurants.

Après avoir renoncé à la procédure de concessions de service tendant à mettre à disposition des terrains communaux pour une durée de 30 ans, la Ville fait le choix de la procédure de bail à construction, à l’exception de la délégation de service public pour l’aquarium. Après avoir indiqué que cette opération ne coûterait rien aux contribuables et rapporterait plus de 8M€ de recettes, la Ville recule et n’inscrit aucune recette dans son budget.

 

  • Un projet largement critiqué par les habitants et les associations

Contrairement aux affirmations du Maire, ce projet a été critiqué, dès Mars 2018, lors de la conférence avec l’urbaniste Bertrand DUBUS et lors d’une manifestation en Juin, soulignant que la base nature devait bénéficier d’un projet d’ensemble ambitieux, permettant de relocaliser les services municipaux, hébergés dans des conditions indignes.

 

Aujourd’hui nous contestons plus que jamais ce mauvais projet.

 

  •  Le nouveau montage juridique va conférer aux promoteurs des droits réels sur les équipements, rendant ce montage proche d'une vente de terrain, ce que la ville dit ne pas vouloir. La durée du bail pouvant aller jusqu’à 99 ans, il existe un risque réel de privatisation de la base nature.

 

  •  Pour préserver ce paysage naturel, nous demandons que les aménagements sur la base nature fassent l’objet d’une large concertation, en lien avec la population, les associations, l’Etat, la CAVEM et le Conservatoire du Littoral, ce que la Ville refuse. Nous demandons un projet d’aménagement, en lien avec les étangs de Saint Aygulf et de la basse vallée de l’Argens, car c’est l’avenir de ce secteur naturel qui est en jeu.

 

  •  Nous considérons, comme François LEOTARD, que la volonté initiale des élus était de réserver la surface construite exclusivement à des équipements publics. La municipalité actuelle devrait respecter ce principe au lieu de privatiser ces espaces au bénéfice d’un public de privilégiés.

 

  •  Nous pensons qu’il faut repenser le programme d’équipement. Nous contestons fermement l'hôtel de « prestige » en front de mer, car il est inconcevable de privatiser un littoral protégé, aberrant de céder un espace public pour une clientèle de luxe, qui privera les habitants d’un accès privilégié à la mer, supprimera une plage publique et le jardin méditerranéen et accentuera la bétonisation du littoral. Nous demandons l’abandon pur et simple de l’hôtel. Nous sommes très interrogatifs sur la réalisation, en délégation de service public de l’aquarium et estimons que l’espace festif va déstabiliser l’appareil commercial déjà fragile de Port Fréjus.

 

  •  La ville avait Indiqué que cette opération lui permettrait de bénéficier de recettes importantes pour équilibrer son budget. Or, aucune étude de marché n’a pas été présentée. En raison du nouveau montage juridique le montant des « loyers » sera considérablement plus faible. La Ville fait preuve d’une légèreté coupable dans ce dossier. Lors du débat d’orientation budgétaire, elle a indiqué que le coût de relocalisation des services sera de 12,5M€, dont elle laisse la charge à ses successeurs !! Elle ne dit rien des aménagements de voirie et des parkings (à minima 1 M€) ni des pénalités à verser à l’Etat (évaluées à 1,6 M€). Le bilan financier de cette opération sera donc largement déficitaire.

 

  •  La ville avait annoncé une signature des contrats en Juillet 2018 et un début des travaux en mars 2019. Aujourd’hui elle annonce un déménagement des services fin 2020, préalable à tout commencement des travaux. Le Maire espère lancer les travaux avant la fin de son mandat. C’est un mensonge. Ce dossier n’est pas maîtrisé par la ville qui fait preuve d’une grave incompétence. Il serait donc plus démocratique de mettre ces sujets contestés au débat de la prochaine campagne municipale. Le Maire aurait-il peur du verdict démocratique ?

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Forum Republicain